Algérie - Revue de Presse

L?Algérienne des eaux



Entre créances et carences L?Algérienne des eaux, zone de Tizi Ouzou, peine à assurer une distribution correcte du précieux liquide, tant elle ploie sous d?énormes difficultés, notamment de trésorerie. L?entreprise trouve des difficultés à assurer le recouvrement des factures faramineuses, notamment auprès des organismes et institutions publics. Le montant des créances se chiffre à des milliards de centimes pendant que les coûts de production de l?eau augmentent, surtout en raison des sabotages perpétrés par des terroristes, du vol des appareils électriques par des bandits et des fuites d?eau importantes. L?ADE de Tizi Ouzou dont la direction gère aussi les wilayas de Bouira et de Boumerdès se dirige vers l?asphyxie financière. Un responsable de l?entreprise déclare : « Nos charges tendent à devenir insupportables. Nous payons quelque deux millions de dinars mensuellement à Sonelgaz en consommation électrique. Les administrations et les établissements grand public sont les plus mauvais payeurs et, pratiquement, nous n?avons pas de moyens de coercition. Nous ne pouvons quand même pas couper l?eau aux hôpitaux, aux mosquées, aux APC et aux écoles ! » Pourtant, affirme le même responsable, « les administrations de ces structures, en élaborant leur budget annuel, consacrent une part à la consommation de l?eau ». Il signalera, par ailleurs, qu?une enveloppe de deux milliards de centimes dégagée au profit de l?APC de Tizi Ouzou et « grevée d?affectation », c?est-à-dire spécialement affectée pour le paiement des factures de l?eau, n?est jamais rentrée dans les caisses de l?ADE. Toutefois, l?entreprise est accusée de certaines négligences que signalent des citoyens. De nombreux réservoirs sur un total de 683 débordent à chaque remplissage. Des centaines de mètres cubes d?eau se déversent dans la nature, alors qu?il suffirait d?installer des flotteurs. Les fuites dans les réseaux d?AEP sont également préjudiciables à la collectivité en général, surtout lorsque l?ADE tarde à intervenir.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)