Algérie

L’affaire Khalifa jugée demain à Blida


Un procès en l’absence du principal accusé Le procès concernant l’affaire Khalifa doit s’ouvrir en principe demain devant le tribunal criminel de Blida. Au total, ce sont pas moins de 104 personnes qui sont impliquées dans cette affaire et contre lesquelles de «lourds» chefs d’inculpation ont été retenus. Il s’agit, selon l’arrêt de renvoi, «d’association de malfaiteurs, vol qualifié, escroquerie, abus de confiance et falsification de documents officiels». Sur les 104 inculpés, il y a 35 prises de corps, dont sept se trouvent en détention préventive et sept en fuite. Parmi ces derniers, figure Abdelmoumen Khalifa, le P-dg du groupe «Khalifa», qui coule des jours tranquilles à Londres et contre lequel un mandat d’arrêt international a été lancé le 14 juin 2003.La salle d’audience de la Cour de Blida, qui abritera ce procès, vient de faire l’objet de travaux d’extension pour pouvoir accueillir toutes les personnes convoquées par la justice dans le cadre de ce procès pour lequel sont constitués plus de 150 avocats, ainsi que plus d’une soixantaine de représentants de la partie civile. Pour rappel, El Khalifa Bank a été créée le 25 mars 1998, avec un capital social de 500 millions de dinars et a obtenu son agrément le 27 juillet de la même année. Abdelmoumen Rafik Khelifa a créé par la suite une dizaine d’autres sociétés, dont «Khalifa Airways», en juin 1999, avec un capital de 500 millions de DA, «Khalifa Informatique», au mois de juin 2000, avec un capital de 100 millions de DA et «Khalifa Prévention» durant le même mois de juin avec un capital de 100 millions de DA. D’autres filiales ont vu le jour par la suite, dont «Khalifa Catering», «Khalifa Rent Car», «Khalifa Confections», «Khalifa Construction», «Khalifa Médicament» et enfin «Khalifa Santé». A l’étranger, Khalifa Rafik Abdelmoumen investira le créneau des médias en créant «Khalifa TV» en France et «Khalifa News» en Angleterre. Rappelons également que la justice a été saisie pour cette affaire après que les nombreuses inspections effectuées chez «El Khalifa Bank» par la Banque d’Algérie eurent révélé des cas de transgression à la loi et des irrégularités dans le fonctionnement et la gestion de cette banque. L’affaire «El Khalifa Bank» dont l’instruction a été clôturée au mois de juin dernier, a été examinée le même mois par la chambre d’accusation près la Cour de Blida, après plusieurs reports à la demande du collectif des avocats au motif que le délai d’examen de l’ordonnance de renvoi accordé à la défense n’était pas suffisant au regard du nombre important de prévenus. Après plusieurs jours de délibérations, la chambre d’accusation a décidé du renvoi de cette affaire devant le tribunal criminel de Blida. Un tribunal où Abdelmoumène Khalifa brillera par son absence, pour la bonne et simple raison que les accords d’extradition signés avec l’Angleterre en juillet dernier, et qui viennent curieusement d’être publiés dans le Journal officiel, rendent sa présence utopique. De là se pose la question de savoir pourquoi un tel procès. A moins que ce ne soit celui des lampistes. Une façon comme une autre d’enterrer cette affaire pour ne pas éclabousser ceux qui ont «mangé» à satiété dans les mains de Moumène. Autre point à soulever, c’est cette «polémique» sur la date de la tenue du procès. En se souvient que le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales avait prédit la présence du principal inculpé à savoir Rafik Khalifa le 14 février au moment où le chef du gouvernement s’étonnait, jeudi sur les ondes de la chaîne II, de cette date du 14 février au moment, selon ses dires, où des convocations ont été adressées pour ce 8 janvier. Alors se tiendra, se tiendra pas ? Demain on en saura un peu plus.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)