Algérie

Journée de la femme

Les oubliées du 8 mars Les festivités organisées à l?occasion de la journée internationale de la femme auront essentiellement drainé la gent masculine. En effet, les participants aux différentes manifestations organisées au niveau de la maison de la culture auront majoritairement profité aux hommes qui se sont retrouvés en masse, alors que la fête est habituellement organisée pour et par les femmes. Refusant de se réclamer d?un féminisme pur et dur, elles seront nombreuses à stigmatiser ce comportement de la part des organisateurs. Malheureusement, cette situation n?est ni nouvelle, ni originale. Par contre, on aura noté certaines défaillances qui auront entamé le moral de celles qui n?auront même pas été conviées à ces festivités. Il s?agit en l?occurrence des employées de certaines administrations pour lesquelles rien n?aura été prévu. Dans leur grande majorité, les employées des administrations publiques ne pourront pas fêter ensemble cette journée. Pour des raisons liées au service posté, les policières auront droit à une collation au sein même de la sûreté de wilaya. Collation qui aura été organisée par anticipation, la veille du 8 mars. Sur un aspect strictement officiel, il est tout de même remarquable que les cérémonies de recueillement continuent d?obéir à un rituel immuable qui s?applique à toutes les fêtes nationales. Pourtant, rien n?interdit de consacrer à la journée de la femme un cérémonial adapté. Comme le fait d?aller se recueillir sur la tombe de combattantes tombées au champ d?honneur durant la guerre de libération. Il se trouve que l?une des premières victimes de la répression coloniale soit enterrée à Sidi Ali. Il s?agit de H?lima Kaïdi, qui aura subi, quatre jours durant, des sévices de la part de l?armée française. Ses tortionnaires finiront par l?abandonner sans vie dans une ruelle de Sidi Ali, qui porte aujourd?hui son nom. Si la journée du 8 mars devrait aussi rappeler le combat libérateur et émancipateur de la femme algérienne, nul doute que H?lima Kaïdi en sera le symbole, pour la région de Mostaganem mais également pour toute l?Algérie, dont l?immensité du territoire raisonne encore du cri des ces femmes mutilées, pour que la fête de la femme ne soit pas uniquement un instant d?évasion, mais également un furtif moment de recueillement et d?émotion. Nous avons appris que lors de la journée du 12 mars, un groupe de femmes aura été invité au siège de la wilaya où une réception a été organisée en leur honneur.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)