Algérie

Journée de barricades à Annaba

Journée de barricades à Annaba
Les manifestants demandent la prise en charge de leurs problèmes sociaux.La journée d'hier a été marquée par des manifestations d'habitants de plusieurs agglomérations de la wilaya d'Annaba, lesquels ont systématiquement bloqué le trafic routier sur les RN 44 et 16, ainsi que certains axes menant vers le centre-ville.Selon des informations, des barrages, pour certains, ont été dressés depuis avant-hier déjà, pratiquement au niveau de toutes les principales voies d'accès de la wilaya, notamment celles reliant le chef-lieu de la wilaya à Berrahal à l'Ouest, Aïn Berda au Sud et l'aéroport à l'Est. Des pneus brûlés, des troncs d'arbre, de gros rochers et divers objets ont été amassés à même l'asphalte, à hauteur du lieudit Chabia, aux abords de double voie express de la RN44, Annaba/Berrahal depuis la matinée, provoquant une situation anarchique, dont ont eu à pâtir les usagers de la route venant des wilayas limitrophes. Des centaines de véhicules, des bus, des camions étaient restés bloqués pendant de longues heures. Selon des automobilistes, c'était une véritable pagaille. "Nous avons été forcés de faire demi-tour et prendre d'autres issues, d'une centaine de kilomètres, à l'exemple des axes de Drean ou de Berrahal en passant par Chorfa et El-Eulma, pour enfin regagner Annaba", se plaint un père de famille, visiblement marqué par la triste journée qu'il vient de passer."Quant au cadre de vie, cette cité demeure la moins lotie. De l'AEP au transport en passant par l'éclairage public, les réseaux d'assainissement ou encore l'emploi, tout est pénurie et désolation. D'ailleurs, la stagnation des eaux usées dans quelques endroits risque de générer de graves répercussions sur la santé publique", dénonce un manifestant. D'autres protestataires affirment que le maire d'El-Bouni n'a jamais mis les pieds dans ladite cité, qui n'est pas même dotée d'une école primaire, obligeant les écoliers à parcourir quotidiennement plusieurs kilomètres, pour atteindre la localité de Kherraza, où se trouve leur école.Ceux-ci évoquent pêle-mêle le problème des routes éventrées, des réseaux d'assainissement pratiquement inexistants ou encore celui de l'AEP dont la majeure partie est défectueuse, mais le point noir que les manifestations signalent avec force reste celui des coupures fréquentes d'électricité.Il a fallu des assurances du président de l'APW dépêché sur les lieux pour que la route soit libérée au début de l'après-midi, après que celui-ci eut promis la prise en charge des doléances des manifestants.Du côté de la daïra d'El-Hadjar, hier et pour la seconde journée consécutive, et durant plusieurs heures, la voie reliant Annaba à Aïn Berda a été également fermée à la circulation dès les premières heures de la matinée.La route était coupée à hauteur du lieudit El-Benie-Lahmar pour les mêmes raisons, semble-t-il. Dans ce bidonville où vivent plusieurs centaines de familles pratiquement livrées à elles-mêmes, les citoyens expliquent que la situation est des plus lamentables.Par ailleurs, et à la limite des wilayas d'Annaba et d'El-Tarf, les habitants de Benamar, une localité située non loin de l'aéroport international d'Annaba, dans la wilaya d'El-tarf, ont bouclé toute la zone pour demander des aides sociales.Il a fallu l'intervention de la gendarmerie pour libérer la voie à des milliers d'usagers désemparés, dont des malades, des étudiants, des voyageurs.Par ailleurs, selon des sources sécuritaires, des automobilistes auraient été délestés d'objets personnels après avoir subi des agressions de la part de jeunes qui s'étaient mêlés aux manifestants, regrette-t-on. Ce qui a donné lieu à une vingtaine d'interpellations, indiquent ces mêmes sources qui n'arrivent pas encore à expliquer le nombre de manifestations enregistrées en différentes zones et surtout dans la même période.B. Badis


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)