Algérie

Invoquer le Seigneur

Invoquer le Seigneur Dieu révèle dans les versets du Coran qu’Il acceptera le repentir des hommes mais pas à l’heure de leur mort, même si chacun a l’occasion de se repentir de ses péchés jusqu’à la fin de sa vie. Dieu n’a fixé aucune limite quant à la possibilité de demander pardon. Une personne peut en effet avoir commis le pire crime inimaginable ou encore avoir eu une attitude totalement irréligieuse. Malgré tout cela et indépendamment de ses actes passés, si la personne se repent sincèrement, prie pour la rémission de ses péchés et a la foi, Dieu révèle qu’Il peut accepter le repentir de cette personne par Sa seule volonté. Celle au contraire qui n’a pas jugé utile de se repentir d’une longue vie d’incrédulité, ni de changer d’attitude, exprimera, lors de son dernier souffle, son repentir face à la peur de mourir d’une façon bien différente. Le décret dans le Coran concernant les repentis stipule: Mais l’absolution n’est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu’au moment où la mort se présente à l’un d’eux, et qui s’écrie: «Certes, je me repens maintenant» - non plus pour ceux qui meurent mécréants. Et c’est pour eux que Nous avons préparés un châtiment douloureux. (Coran, 4: 18) Les personnes, pour lesquelles la morale du Coran n’est pas importante, prient Dieu uniquement lors d’une maladie, d’un problème ou d’une «catastrophe» dans leur vie. Celles qui cherchent refuge auprès de Dieu dans ces moments-là, L’invoquent nuit et jour pour qu’Il les libère de leurs soucis et qu’Il leur accorde Sa bénédiction, changent aussitôt que leur situation est réglée. Mais si par la suite elles oublient de prier Dieu et de Le remercier pour toutes les bénédictions qu’Il leur a accordées, c’est avant tout dû au fait que ces personnes n’étaient pas à l’origine de vraies croyantes. L’attitude qu’elles adoptent quand elles sont confrontées à des tracas et des difficultés résulte de leur prise de conscience de leur incapacité de s’en sortir sans l’aide de Dieu. Dès qu’elles seront secourues et libérées de leurs soucis, leur ingratitude envers Dieu et leur conception pervertie de la moralité reprendront immédiatement le dessus. Cette manière hypocrite de se comporter est citée en exemple dans le Coran et décrite ainsi: Quand une vague les recouvre comme des ombres, ils invoquent Allah, vouant leur culte exclusivement à Lui; et lorsqu’Il les sauve, en les ramenant vers la terre ferme, certains d’entre eux deviennent réticents; mais, seul le grand traître et le grand ingrat renient Nos signes. (Coran, 31: 32) Il n’est pas possible pour une personne d’être heureuse au sens vrai du terme aussi longtemps qu’elle ne vit pas selon la religion. Cela explique pourquoi une personne pour se sentir heureuse a besoin avant tout d’être en harmonie avec sa conscience. En d’autres termes, rien ne doit exister qui puisse lui causer une grande peine, la jeter dans la perplexité ou lui faire éprouver du remords. Etre en accord avec sa conscience ne peut être atteint que d’une seule manière, celle de vivre selon la religion. La conscience, qui est sous le contrôle de Dieu, commande toujours à l’homme de croire en Dieu, de répondre aux exigences de la religion et d’agir selon la morale du Coran. Aussi il est impossible pour une personne mécréante qui a été aux prises tout au long de sa vie avec sa conscience, d’être heureuse. Dieu a révélé que l’homme ne peut atteindre la sérénité du cœur et une vraie paix que par la voie de la foi: Ceux qui ont cru, et dont les cœurs se tranquillisent à l’évocation d’Allah. N’est-ce point par l’évocation d’Allah que se tranquillisent les cœurs? (Coran, 13: 28)
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)