Algérie

Imbroglio calendaire

Imbroglio calendaire
Les mois de carême se suivent et se ressemblent dans le tassement du temps passé. Au-delà des mésententes entre la tradition solidement boulonnée et réactualisée tous les jours par les prêches dans les mosquées, et les déductions scientifiques basées sur des technologies de pointe, il va falloir un jour trancher entre la foi, et ce rationalisme omnipotent qui nous impose tant de certitudes, pas forcément en accord avec les convictions religieuses, toutes aussi prépondérantes.Selon Sirius, il sera impossible d'observer la lune à partir des territoires musulmans à l'?il nu pour la simple raison que : «la conjonction lunaire (naissance de la nouvelle lune astronomique) du mois de chaoual aura lieu à 16h54 (heure algérienne). Or, lors du coucher du soleil ce jour-là, le croissant ne sera pas visible d'Algérie vu que la lune se couchera avant le soleil dans toutes les wilayas du pays, pareillement au niveau céleste englobant les champs de vision des territoires arabes et africains. Même au télescope, cette vérification par les autorités religieuses pour ordonner la clôture du mois de carême ne pourra pas se faire». Dans ces conditions, au regard de l'impossibilité de la constatation de la lune, l'aïd se fêtera le mardi 30 juillet, ainsi les fidèles auront jeûné 30 jours. Sirius précise que ces appréciations sur l'invisibilité de la lune ont été faites par l'ensemble de la communauté scientifique s'intéressant aux études des mouvements astraux de par le monde, notamment l'Union arabe d'astronomie et des sciences de l'espace dont le siège est à Amman, l'IMCCE (ex-Bureau des longitudes) à Paris, le South African Astronomical Observatory (SAAO) d'Afrique du Sud, l'US Naval Observatory (Virginia, USA), ainsi que le Craag de Bouzaréah. Il est aujourd'hui de notoriété publique que les scientifiques arrivent longtemps à l'avance à déterminer avec exactitude les cycles lunaires et l'apparition de l'astre en n'importe quel point de la terre, pour preuve, l'éclipse solaire totale qui s'est déroulée dans le ciel algérien le 5 octobre 2005 avait été annoncée longtemps à l'avance par les spécialistes des mouvements interstellaires. Il appartient à présent au Comité national des croissants lunaires de prendre la décision fixant le jour de l'aïd. Cette récurrente problématique de la fixation des dates à l'avance des principales manifestations n'est pas prête d'être solutionnée par les autorités politiques et religieuses, tant est sensible son approche, et tant reste virulente la pratique ancestrale jusque là usitée. L'absence d'un clergé musulman faisant autorité et reconnu par l'ensemble des pays musulmans n'arrange pas la création d'une identité de vue pour l'adoption d'un calendrier commun.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)