Algérie

Il se dit prêt à se désister de ses biens en faveur de son peuple


Il se dit prêt à se désister de ses biens en faveur de son peuple
L'ancien président tunisien Zine Al-Abidine Ben Ali serait prêt à renoncer, au profit de son pays, à tous ses avoirs qui pourraient se trouver en Suisse. L'information a été rapportée par son avocat libanais Me Akram Azoury.
«Je vous prie de prendre note que mon client se désiste en faveur de l'Etat tunisien de tous prétendus avoirs ou ressources économiques qui se trouveraient sur le territoire suisse et revenant à l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali», écrit-il dans un projet de lettre remis à l'ambassadrice suisse au Liban et dont il a adressé une copie à la presse. Selon des sources de son entourage, l'ex-président tunisien s'est dit meurtri de voir des milliers de jeunes se donnant la mort en essayant de rejoindre l'Europe. Les mêmes sources ont ajouté que Ben Ali serait même intervenu auprès de plusieurs organisations non gouvernementales, leur demandant d'apporter des aides à la population tunisienne. Economiquement, la Tunisie traverse une crise financière énorme après le dit Printemps arabe. A l'époque de Ben Ali, le pays vivait uniquement du tourisme mais après la révolution, des milliers de touristes ont boudé ce pays. Même les étrangers qui auparavant vivaient en Tunisie ont quitté le pays après le départ de Ben Ali. Même les Algériens qui se rendaient par milliers en Tunisie ont décidé de changer de destination pour des raisons d'anarchie et surtout d'insécurité. Même si l'ex-régime de Ben Ali est taxé de policier ou de dictateur, la situation économique du pays était stable. Des milliers de touristes se rendaient chaque année dans ce pays que se soit en été ou en hiver. Cet état de fait permettait à l'Etat de remplir ses caisses et aux Tunisiens de trouver du job. Malheureusement, le «fruit» tant attendu après la révolution du Jasmin n'était pas celui que souhaitait les Tunisiens. Si le pouvoir a été subtilisé des mains des démocrates au profit des islamistes, la paix d'antan s'est reconvertie en inquiétude, peur et anarchie. Quelques jours seulement après que Ben Ali eut quitté le pays, des milliers de jeunes Tunisiens ont fait de même. Les embarcations de la mort transportaient chaque jour des centaines de jeunes vers l'île de Lampedusa et plusieurs d'entre eux ont servi de festin aux requins et aux poissons de la Méditerranée. En cette période estivale, seuls quelques hôtels ont ouvert leurs portes, les propriétaires et les clients retiennent leur souffle. L'ombre des «barbus» donnent des frissons non seulement aux commerçants mais également aux touristes. Plusieurs hôtels et commerces ont été attaqués et saccagés par les salafistes » qui voulaient faire de la Tunisie un émirat islamique.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)