Algérie

Haï Sabah: Le projet d'une annexe de CEM annulé

La décision d'affecter le projet de construction d'une annexe de CEM (en préfabriqués) à Haï Sabah, sur une parcelle de terrain, ayant vocation d'espace vert « a, finalement, été annulée, à l'issue d'une réunion qui a regroupé, hier, les représentants du mouvement associatif avec le Secrétaire général de la wilaya », a-t-on appris, hier, auprès de M. Yahiaoui Lahouari, président du comité de quartier ‘El Mousalaha'. Une « victoire » pour les habitants de Haï Es-Sabah et des comités de quartiers qui ont protesté, avant-hier, contre l'implantation de ce projet, sur un terrain ayant vocation d'espace vert. Une « victoire » qui demeure, toutefois, mitigée, à moins que les pouvoirs publics ne trouvent, un nouveau site pouvant abriter ce projet d'annexe de CEM dont le besoin se fait ressentir, d'année en année, au vu du problème de surcharge des classes que subit le seul et unique CEM du quartier. Ce dernier qui compterait un effectif de près de 1.500 élèves, a déjà, selon les Associations de quartiers, largement dépassé ses capacités d'accueil. A la nouvelle rentrée scolaire, pas moins de 400 nouveaux élèves issus des 8 établissements primaires du quartier de Haï Es-sabah doivent rejoindre le cycle moyen, précisent les mêmes sources. Ce qui devra poser une fois de plus, et d'une manière beaucoup plus prononcée, cette année, le problème des surcharges des classes, au niveau de ce collège.Pour rappel, des associations et comités de quartiers de Haï Es-Sabah ont, vivement, protesté, avant-hier, devant le chantier du projet de réalisation d'une annexe de CEM composée de six classes, exigeant l'arrêt immédiat des travaux. « Nous ne sommes pas contre le projet de réalisation de l'annexe du CEM. Nous sommes contre le choix du site devant l'abriter, car le terrain choisi est un espace vert selon les recommandations du POS. Nous sommes, également, contre la forme qu'on veut donner au projet : des classes en préfabriqués. Nous demandons des classes en dur, selon les normes d'usage, », ont affirmé au ‘Quotidien d'Oran' des militants de l'Association ‘El Wouroud wal El Hayet', qualifiant ce genre de solutions de « bricolage » pour un problème qui a été, pourtant, soulevé « depuis près de cinq années » par les représentants des habitants.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)