Algérie

Hadj Moussa et Moussa Hadj, walis éternels

Les citoyens de Chlef ont commis une erreur régionale. En demandant le départ du wali, ils n?ont pas précisé qu?ils n?en voulaient nulle part. Résultat, le Président les a écoutés et a fait partir le wali de Chlef mais pour le placer wali à Annaba, ce qui est une promotion, Annaba étant beaucoup plus jolie, agréable, maritime et féminine que Chlef. C?est finalement le wali de Annaba qui a tout perdu puisqu?il cède sa place, « appelé à d?autres fonctions », ce qui dans le langage officiel signifie une préretraite. Récapitulatif donc de ce nouvel épisode du grand feuilleton « l?Etat algérien gère l?Algérie » : le wali de Chlef utilise la justice pour mettre au pas un responsable d?association qui s?indigne que des gens vivent encore dans des préfabriqués bourrés d?amiante depuis 28 ans. Les citoyens de Chlef se mettent en colère et cassent tout. Le Président nomme le wali de Chlef à la tête de la wilaya de Annaba, à l?autre bout du pays, là où il y a très peu de Chelfis. Le dorénavant ex-wali de Annaba peut en vouloir aux gens de Chlef, il n?a rien fait et ce sont eux qui l?ont chassé de là où il était. Dans ce jeu pervers de la gestion par sens giratoire, on permute les walis sans les changer. Avantage au centre dans ce cas, le nouveau wali de Annaba n?a pas à répondre de ses responsabilités à Chlef. En attendant la réaction des citoyens de Annaba, il est bon de savoir qu?en Algérie les walis sont cooptés par de puissants réseaux dont le centre de gravité n?est pas forcément à la présidence. Dans ce contexte, la palme d?or revient certainement au secrétaire général de la wilaya de Chlef qui, récompensé pour son travail, devient wali de Tindouf. Qui gagne quoi dans cette affaire ? L?Etat, le régime, les Chelfis, les Annabis ou le corps très décrié des walis d?Algérie ? C?est encore l?inertie qui a gagné. On ne change pas une équipe qui perd.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)