Algérie

H’lal alihoum, H’ram Alina

Pourquoi une UPM ? Le président français a toutes les raisons de se frotter les mains: en une année à peine, il a réussi à implanter un nouvel espace géopolitique, l’UPM, qui lui permet de réaliser ce que son espace naturel, l’UE, ne l’autorisera pas. L’Allemagne, qui avait compris que la loi du nombre quand elle est présentée par une puissance, devient un argument de poids, avait vu juste en s’y engageant activement. Doublement puissant, président en exercice de l’UE et de l’Union pour la méditerranée, Sarkozy a réussi son pari. Quel pari en fait et pourquoi une UMP? «La réconciliation des deux rives de la Méditerranée déchirées par mille soubresauts de l’histoire, aujourd’hui confrontées aux mêmes espérances et aux mêmes dangers», comme l’a déclaré le ministre des Affaires étrangères français, hier? De quelle réconciliation veut parler Kouchner alors que la France fait tout pour éviter d’affronter de face son passé colonial et présenter des excuses au peuple algérien qui vient de commémorer, il y a quelques jours seulement, le 46ème anniversaire du recouvrement de son indépendance? La date de naissance de cette UPM qui coïncide avec le 14 juillet –à quelques heures, pour ne pas brouiller les mémoires- n’est-elle pas une occasion en or pour Sarkozy pour faire table rase d’un passé qui n’a que trop empoisonné justement les relations entre les deux rives? L’histoire entre les deux continents a, certes, été jalonnée de guerre, souvent à sens unique. Byzance, Les Vandales, les Grecs, Rome, l’Espagne et la France, pour ne citer que ceux qui ont laissé des vestiges et des traces, sont partis à l’assaut de ces rivages pour en faire des comptoirs, étendre des empires ou s’implanter sur des carrés utiles. Pourquoi la France devrait-elle se sentir concernée par une réconciliation alors qu’elle refuse de faire le premier pas pour montrer sa bonne foi? A quels dangers est confrontée l’Europe, l’intégrisme, l’islamisme, ou le terrorisme à moins que les assauts répétés des harragas d’Afrique du Nord et d’Afrique tout court ne soient le vrai danger qu’il faut, coûte que coûte contenir. L’Europe terre d’espoir et de liberté, n’a pas hésité à voter des sanctions lourdes contre ceux qui ont commis l’erreur de croire en l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme adopté à Paris –autre coïncidence- qui stipule que «Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat» et que «toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays». A quel titre reconnaît-on à un Belge –par exemple- le droit peut-il de circuler librement dans toute l’UE tout en refusant à un Africain de l’UPM, celui de circuler tout aussi librement dans toute l’UPM? Ne s’agit-il pas du même type d’union ou a-t-on inventé ce concept et cet espace pour permettre à certains d’avoir des droits au détriment de ceux d’autres? Citant les possibilités théoriques offertes afin de résoudre enfin les conflits dans la région, Bernard Kouchner évoquera le Liban et la Palestine. Quelles compétences a cette UPM pour se substituer à l’ONU qui a marqué les limites de sa puissance dans la région? Veut-on nous convaincre que l’UPM réussira là où un quartet, composé de la puissante UE, des USA, de la Russie et de l’ONU, a échoué? Assurément non. Pourquoi alors une UPM? Miloud Horr
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)