Algérie

H’lal alihoum, H’ram Alina


Qui se cache derrière le ministre ? En dépit du fait que le procès «Khalifa» n’en est qu’à ses débuts, un gros pavé vient d’être lancé, avec le «balancement» du nom d’un ministre en poste, par un témoin qui était aux premières loges de l’empire, démantelé. Le ministre a été accusé d’avoir bénéficié de largesses, un peu comme cela se fait sous d’autres cieux. A la différence des gouvernants impliqués dans des scandales et qui démissionnent sur-le-champ, dans cette Europe à laquelle nous tentons de ressembler, les nôtres se retranchent derrière un silence radio assourdissant. Dans le cas présent, et sans vouloir culpabiliser un ministre de la République sur les seules déclarations d’une secrétaire, fut-elle (très) particulière au vu de son salaire mirobolant, les Algériens voudraient bien savoir ce qu’il dira pour sa défense, en dehors du fait qu’il ait déclaré que tout ce témoignage est une campagne contre sa personne et qu’il connaît les personnes qui sont derrière cela.Le hasard a voulu que Djamel Ould Abbès a été cité en premier. Est-ce parce que le ministre a subi les foudres du président de la République lors de son discours prononcé face aux cadres de la Nation ou serait-il réellement impliqué? Si le procès, qui était attendu par bon nombre d’Algériens, devait livrer des noms qui personnifieraient cette fameuse corruption dont on ne parle qu’abstraitement mais qui fait des ravages bien visibles, il faut croire que les premiers cités ne représentent que les maillons faibles. Et parce qu’ils ont fortement ébranlé la confiance du citoyen en leurs gouvernants, il faut espérer que d’autres maillons, faibles, cèderont. Une affaire aussi importante que celle de Khalifa ne saurait reposer, uniquement, sur des largesses concédées à quelques personnalités. Si Ould Abbès a réellement eu sa part de ristourne, que l’enquête fasse ressortir ce qu’il a donné en contrepartie. Qu’elle débusque ceux qui ont accordé les facilités, donné les moyens et récolté plus que de simples cartes pour voyager gratuitement, pour qu’un homme, aussi intelligent et aussi doué soit-il, réussisse à surclasser la seule compagnie aérienne et détourner les clients des principales banques du pays. Peu importe que Abdelmoumène Khalifa soit présent aux audiences ou non, en tout cas dans l’état actuel des choses, car beaucoup de choses peuvent être révélées, comme en atteste le nombre important de personnes mises sous examen. Espérons, pour la crédibilité de la justice et des ordonnateurs du procès, qu’on ne cherchera pas uniquement quelques boucs émissaires pour clore l’un des plus gros scandales de l’Algérie post-indépendance, parce que des Britanniques se sont mis de la partie.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)