Algérie

GUELMA La privatisation de l'ETRG contestée


Après avoir déclenché un processus de contestation graduée, du sit-in à la grève prolongée sur fond de revendications socio-professionnelles axées autour des payements d'arriérés de salaires, le collectif des travailleurs de l'ETRG a relevé d'un cran le niveau de la protesta en y adjoignant une saisine du chef de gouvernement par une requête sollicitant une commission d'enquête ayant pour but de lever le voile sur des faces cachées prêtant à équivoque dans l'opération de cession de leur entreprise, en juillet 2006. Les attendus de cette requête dont ampliation nous a été communiquée, traitent d'un faux procès-verbal, d'une assemblée générale fictive, soutenant aussi que les travailleurs n'ont jamais manifesté leur désintéressement au capital et que leurs fiches de voeux n'ont pas été respectées. Outre cela et en matière de concrétisation des termes de la résolution émanant du conseil des participations de l'Etat, les signataires de la requête dénoncent la non-exécution des obligations du repreneur contenues dans l'acte de cession et ce, depuis son entrée en jouissance effective en juillet 2006. Simultanément, ils mettent moult questionnements à propos de plusieurs zones d'ombre à travers la procédure grèvant l'hypothétique relance et mise à niveau de leur activité si le repreneur n'est même pas en mesure d'honorer une simple facture d'électricité du siège de l'entreprise. En s'attaquant dans le fond et la forme à l'un des éléments constitutifs du dossier de base ayant mis sur orbite la formalisation de la cession, les requérants se refusent à l'idée d'être floués à leur insu et espèrent remettre en cause toute l'opération de privatisation de leur entreprise qu'ils considèrent être altérée par un vice de procédure. Ces agitations et les remous conséquents alimentent en s'amplifiant la chronique locale au moment où le dossier de la privatisation et de la gestion des capitaux marchands de l'Etat est soumis à une seconde lecture et un réexamen par les pouvoirs publics en vue d'une nouvelle réadaptation structurelle orientée vers une fonctionnalité plus efficiente que le schéma actuel mis en oeuvre depuis 2001. Cependant, le bras de fer continue localement dans un climat délétère mitigé entre la soif d'accès à la vérité et l'attente angoissante des lendemains incertains.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)