Algérie

Grève à l'Institut des télécommunications: Une délégation d'étudiants à Alger


Finalement, les problèmes exprimés par les étudiants de l'Institut des télécommunications «Abdelhafid Boussouf» d'Oran, tout au long de leur mouvement de grève initié depuis la semaine dernière, seront exposés dès aujourd'hui au niveau du ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication. Une délégation composée de six représentants des étudiants de l'institut a quitté, hier, Oran à destination d'Alger où elle doit rencontrer le secrétaire générale du ministère pour défendre, notamment, leur demande de relever le quota des étudiants de DEUA autorisés à se réinscrire en cycle long à la fin de leur cursus de trois ans. Selon les étudiants, cette procédure existe mais reste largement limitée par un pourcentage de seulement 10%. Un taux qualifié de «dérisoire», sachant que sur une promotion composée entre 15 et 20 étudiants, seuls deux d'entre eux ont la possibilité de basculer en cycle long. Mais il y a également la question des frais de stage impayés qui semble ne pas avoir été tout à fait réglée. Le bloc administratif de l'institut qui avait été fermé par les étudiants, au même titre que les blocs pédagogiques, depuis le début de la grève, a été ouvert, dimanche, à la suite de la réunion tenue la veille entre les représentants de l'administration et les étudiants de l'institut. Au cours de cette réunion, les participants ont passé en revue l'ensemble des questions soulevées par les étudiants, notamment celles ayant trait au paiement des frais de stage relatifs aux années 2005, 2006 et 2007, mais aussi celle concernant la revue à la hausse du pourcentage fixé actuellement à 10% des étudiants du DEUA autorisés à accéder au cycle long. Sur cette dernière question, l'administration s'est engagée, selon les étudiants, à appuyer la demande des étudiants auprès du ministère, à travers un procès-verbal qui devrait être établi par le Conseil scientifique de l'institut. Un début de dénouement avait, pourtant, commencé à se dessiner, samedi, après l'affichage d'une correspondance émanant de la direction des finances et des moyens annonçant la notification du budget de fonctionnement «au titre de l'exercice 2008», au profit de l'institut, au plus tard pour le 12 mai. Dans la note en question, il a été précisé que «les crédits alloués pour le paiement des frais de stage sur le territoire national accordés aux étudiants sont de 684 millions de centimes au titre des indemnités et de 100 millions de centimes au titre des frais du transport». Mais en dépit de cette annonce perçue globalement comme un signe annonciateur d'un proche dénouement, les réactions des étudiants restaient plutôt mitigés. Ils estiment que la somme débloquée pour prendre en charge les frais de stage des étudiants (684 millions de centimes), qui a priori est limitée au seul exercice 2008, affirment-ils, semble être largement en deçà des attentes.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)