Algérie

Fourniture des équipements et matériels sportifs des 9es Jeux africains

Trois fournisseurs sélectionnés «en catimini» C’est dans la plus grande discrétion que trois sociétés ont été sélectionnées pour fournir des équipements et matériels sportifs de compétition aux 9es Jeux africains d’Alger, prévus au mois de juillet prochain. Selon des sources sûres, le Comité d’organisation, qui avait lancé récemment un avis d’appel d’offres national et international, a retenu trois sociétés de droit algérien: Altavista, Exposigne et Bativert. Ces sociétés, spécialisées dans l’événementiel, ont donc été sélectionnées par les responsables du Comité d’organisation pour prendre en charge toute la logistique inhérente à ce genre de manifestation. Du chapiteau aux matériels sportifs en passant par l’animation et le marketing. Altavista, Exposigne et Bativert, des entreprises algériennes créées dans l’urgence, ont réussi ainsi à rafler cet énorme marché au nez et à la barbe de boîtes très huppées et bien établies. La question qui se pose au commun des mortels est: Comment ces sociétés, encore inconnues, ont-elles pu s’adjuger le gros du marché sans que l’avis d’appel d’offres ne soit rendu public pour la sélection des entreprises en compétition? Aussi, la polémique qui s’est installée entre le Conseil exécutif du Comité d’organisation des 9es Jeux africains et l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC) n’est pas près de se terminer, malgré les précisions apportées par la première citée au sujet des marchés relatifs à la fourniture des équipements et matériels sportifs de compétition au titre des Jeux africains prévus à Alger au mois de juillet prochain. En effet, le Conseil Exécutif du Comité d’Organisation des 9es Jeux Africains 2007, réuni en session ordinaire le 19.03.2007, a indiqué qu’il ne s’agit pas de «marchés de gré à gré simples qui excluent la possibilité de la concurrence mais bel et bien de marchés après consultation à conclure conformément à un arrêté interministériel pris en application des dispositions de l’article 38 alinéa 02 du décret présidentiel n°02.250 du 24.07.2002 portant réglementation des marchés publics». Selon le comité d’organisation, cet arrêté a été finalisé et publié au journal officiel (JORA) après accomplissement de toutes les procédures légales et réglementaires en vigueur. Selon toujours le Comité d’organisation, «les projets de marchés sont soumis au visa préalable de la commission des marchés publics compétente (ministérielle ou nationale) et ne sont attribués aux soumissionnaires retenus qu’après leur approbation selon le cas par ces mêmes commissions. De ce fait, toutes les procédures légales et réglementaires sont respectées». Or, le 12 mars 2007, l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC) rendait public un communiqué intitulé «Les Jeux africains d’Alger livrés à la loi du gré à gré: un arrêté interministériel qui tourne le dos à la transparence», dans lequel elle dénonçait la procédure de passation de marché qui s’est faite, selon elle, de gré à gré faisant fi des instructions ministérielles. «L’AACC vient d’apprendre avec consternation qu’une grande partie des dépenses publiques liées au financement des 9es Jeux africains qui auront lieu à Alger l’été prochain sera gérée, selon la procédure du «gré à gré». Procédure qu’elle ne cesse de dénoncer depuis des années et qui est une manière inappropriée, surtout dans ce cas de figure, de contourner la réglementation des marchés publics en vigueur». Le gré à gré, une procédure largement décriée par les pouvoirs publics qui est un moyen qui évite le processus de l’avis d’appel d’offres, est une mesure exceptionnelle, à utiliser, avec les garde-fous indispensables, uniquement dans les situations de grande urgence comme les catastrophes naturelles. A la fin du communiqué, l’AACC s’interroge sur le «pourquoi de ce revirement» et se demande «quelles sont les raisons qui auraient pu être invoquées pour justifier pareille décision», dès lors que l’Algérie s’est vu attribuer cette manifestation en 2003. La décision en question a été prise à travers un arrêté interministériel signé le 18 décembre 2006 (JO du 25 février 2007) par les ministres des Finances et de la Jeunesse et des Sports, fixant la liste des prestations et fournitures devant faire l’objet de marchés de gré à gré après consultation au titre des 9es Jeux africains en Algérie. Cet arrêté n’a été rendu public que le 11 mars 2007, date de sa mise en ligne sur le site Web du Journal officiel. Les prestations visées par cet avis d’appel d’offres concernent l’hébergement et la restauration des participants, le transport des participants et invités, l’organisation technique et artistique des cérémonies d’ouverture et de clôture, le contrôle anti-dopage, l’acquisition d’habillement classique et traditionnel des officiels, organisateurs et volontaires, l’acquisition des articles protocolaires, notamment les médailles, trophées, plaquettes et pin’s, la mise en place des systèmes de gestion informatique intégrée, et l’acquisition des équipements et matériels sportifs de compétition, le cas échéant. Ce marché va représenter en terme de coût financier plusieurs centaines de milliards de centimes qui échapperont à la réglementation des marchés publics et à l’appel à la concurrence. Quarante-huit heures après la publication, le 12 mars 2007, du communiqué de l’Association algérienne de lutte contre la corruption dénonçant l’utilisation du gré à gré, le Comité d’organisation des 9es Jeux africains d’Alger a diffusé à partir du jeudi 15 mars 2007 un avis d’appel à consultation pour la fourniture des matériels et équipements sportifs de compétition au titre des 9es Jeux africains 2007. Le coût global de ces jeux avoisinerait, selon le budget 2007 alloué au ministère de la Jeunesse et des Sports (voir JO n°9 du 4 février 2007) au titre de «frais de fonctionnement du Comité d’organisation des IXes Jeux africains 2007 d’Alger», les 193 milliards de centimes. Les 2es Jeux afro-asiatiques qui se tiendront tout de suite après, toujours dans la capitale algérienne, coûteront quant à eux 40 milliards de centimes. Said Farhi
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)