Algérie

Favorisée par l’absence d’hygiène et les grandes chaleurs

La conjonctivite est de retour ! Les grandes chaleurs et l’absence d’hygiène étant propices à l’apparition et à la propagation de la conjonctivite, des pharmaciens de la ville d’Oran signalent une forte augmentation des achats de médicaments pour traiter cette pathologie. La plupart du temps, les per-sonnes atteintes présentent de vieilles ordonnances aux pharmacies ou leur indiquent le médicament qu’elles ont l’habitude de prendre en pareil cas. Les visites et traitements coûtant cher, 2500 dinars pour chaque cas de conjonctivite, une maladie qui se répand à une cadence vertigineuse, de plus en plus de gens évitent les médecins et s’auto médicamentent à leurs risques et dépens. Selon certains malades que nous avons rencontrés dans une pharmacie où ils s’approvisionnaient en médicaments, la mauvaise qualité des prestations dans les cliniques et centres de santé et les interminables chaînes découragent les malades et les poussent à recourir aux cliniques privées où ils déboursent plus de 600 dinars pour la visite médicale. Pour ces mêmes raisons, d’autres malades préfèrent les traitements traditionnels, particulièrement dangereux pour la vue. A la clinique spécialisée du Front de mer, Bellazreg, nos interlocuteurs assurent que plus de 10 cas de conjonctivite sont enregistrés par jour. «Il y a 6 mois de cela, on n’enregistrait pas plus de 6 cas de conjonctivite par jour. Cependant, vu les dernières perturbations atmosphériques, la pollution de l’environnement et le non-respect des normes d’hygiène qui constituent, entre autres, des vecteurs de cette pathologie susceptible de générer en cécité, l’on enregistre de plus en plus de cas de conjonctivite dans les communes éloignées où sont réunies ces conditions. Dans ces zones, la plupart des habitants s’alimentent en eau auprès des citernes. Le produit véhiculé et commercialisé par les revendeurs d’eau étant de provenance inconnue, le risque de contamination n’en devient que plus grand. Enfin, l’été n’étant qu’à son début, la crainte d’une épidémie de conjonctivite est à craindre, d’où l’impérieuse nécessité d’une meilleure hygiène» soulignent nos interlocuteurs. Khadra A. & N.M.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)