Algérie

Explosion de gaz à Guelma



10 blessés dont un dans un état grave Les appartements du rez-de-chaussée de l?immeuble B3 et B4 de la cité 158 Logements (Oued Lemaïz) de la ville de Guelma ont été soufflés hier, vers 6h, par une déflagration due à une fuite de gaz. Dix victimes, dont l?âge varie entre 10 et 50 ans, et présentant des brûlures du 1er et deuxième degrés, érosions de chair et blessures multiples, ont été évacuées par la Protection civile vers l?EPH Hakim Okbi. C?est en fait une autre catastrophe, certes de moindre ampleur, après celle qu?a connue la ville de Guelma un tristement célèbre 26 décembre 2004 dans l?immeuble n°20 B de la cité de Aïn Defla (ex-Fougerolle) où l?accumulation du gaz dans un vide sanitaire avait provoqué l?explosion et la mort de 14 personnes et plusieurs blessés. Une fois sur les lieux, nous avons sous les yeux un immeuble éventré à sa base, dont les vitres ont volé en éclat. Les éléments de la Protection civile déblayaient un pan entier d?un mur, pendant que d?autres ressortaient ce qui restait du mobilier détruit. Selon le médecin de la Protection civile, aucun décès n?est à déplorer, un homme d?une cinquantaine d?années, probablement à l?origine de l?accidentelle explosion, a eu la moitié supérieure du corps brûlée au second degré, il a été évacué vers Annaba. Après regroupement d?informations concordantes, c?est effectivement ce même père de famille qui, en allumant un réchaud à gaz (tabouna), a déclenché la déflagration due au gaz qui s?est accumulé dans son appartement. A l?hôpital, parmi les victimes admises aux services des urgences de l?EPH Okbi de Guelma, le jeune Amar B., 17 ans, brûlé à la face et présentant des lésions aux jambes, nous dira : « Je dormais quand soudain une explosion m?a réveillé, nous avons sauté, mes deux frères et moi, par la fenêtre. » Son compagnon Mohamed-Chérif B., 10 ans, alité près de lui, présentant des brûlures et des ecchymoses, dira : « Le mur s?est effondré sur moi, depuis je ne me souviens de rien. » Au moment où nous mettons sous presse, trois victimes étaient encore sous contrôle médical, dont une fille de 14 ans.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)