Algérie

Entorses à la réglementation

Faire une loi et ne pas la faire exécuter, c?est autoriser la chose qu?on veut interdire », disait le cardinal Richelieu. Une citation qui s?applique on ne peut mieux à notre cadre bâti. En effet, rien n?est moins faux pour la wilaya d?Alger qui compte près de 60 000 bâtisses érigées en porte-à-faux avec la réglementation de l?urbanisme en vigueur, selon un des responsables des domaines. Que cela soit au Hamiz, à Bourouba ou à Gué de Constantine, les particuliers construisent en faisant fi de la loi sur la prescription acquisitive. Le centre de l?agglomération de la commune de Baba Hassen - les exemples sont légion - n?échappe pas à la « règle », dans la mesure où certains particuliers n?hésitent pas à ériger des constructions en rognant la voie publique. Ceux-là mêmes qui ne voient pas utile de se conformer ni au plan de l?urbanisme ni aux règles de l?architecture - s?ils disposent d?un permis de construire, bien sûr - censés respecter le plan de situation du lotissement en matière d?alignement de la façade. Le commun des mortels peut constater les infractions faites sur des espaces d?intérêt public. Car comment qualifier une rue dont le trottoir serpente au gré des empiètements de particuliers qui semblent trouver un malin plaisir à « grappiller » une propriété d?intérêt public ? Le hic est que la chose devient une seconde nature, dans la mesure où celle-ci est en train de prendre une proportion inquiétante dans nos cités sans que les services techniques concernés de la commune s?en émeuvent outre mesure. Quant au permis de conformité, document administratif dont doit être en possession tout propriétaire ayant achevé sa construction aux deux tiers, les cas sont légion. Rares sont ceux qui adhèrent à la procédure. Enfin, il est un truisme de dire que nombre de propriétaires n?en ont cure du respect de la zone de construction d?habitation, destinée à des niveaux d?élévation précis, outrepassant leurs droits : les R+1 et R+2 deviennent des immeubles à plusieurs étages.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)