Algérie

Engagements


La prochaine conférence palestino-israélienne, dont on ne connaît pour l?instant que le lieu, semble activement préparée. Les Etats-Unis, qui en sont les initiateurs, n?ont pas fixé d?ordre du jour bien que celui-ci soit connu. Il ne reste plus qu?à donner de la consistance à des engagements, c?est-à-dire les concrétiser, et rien d?autre. A quoi sert-il en effet de réaffirmer des principes que l?on perd de vue ou tout simplement bafoués. Ainsi en est-il du droit des Palestiniens à disposer de leur propre Etat indépendant. Il suffit d?encadrer cette notion pour qu?elle perde sa substance. Parler d?« un Etat » c?est déjà s?éloigner des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité retenues pendant longtemps comme base de négociation. Et dans le même temps se rapprocher de l?idée de homeland fermement rejetée par les Palestiniens. Et à ce droit est opposé une soi-disant sécurité d?Israël, une notion bien élastique ou plutôt insaisissable, puisque les Israéliens sont les seuls à pouvoir dire de quoi il s?agit réellement, quand il leur arrive de le faire. On y trouve pêle-mêle les territoires, l?eau, la supériorité militaire, les colonies, l?immigration, l?argent ? des autres bien entendu ? tout cela dans un espace géographique également indéfini. C?est pourquoi, de telles conférences ne produisent pas l?effet escompté quand une partie entend imposer son point de vue et ses exigences comme le fait Israël qui a déjà tué les accords d?Oslo, et plus près de nous la feuille de route, un substitut disait-on alors à ces accords conclus en 1993, élaborée par le quartette international, un forum qui a perdu sa crédibilité pour avoir été incapable d?honorer son engagement d?aider à la création de l?Etat palestinien. Une date en a été solennellement fixée, l?année 2005. Elle a été perdue de vue. C?est Israël qui a vidé ce plan de sa substance. Il l?a tout simplement réécrit en supprimant toute référence précise n?y laissant que des généralités sans réelle portée. Israël a d?ailleurs reconnu qu?il refusait d?être lié par le moindre engagement. C?est pourquoi, la conférence d?Annapolis pourrait être un remake de toutes celles qui l?ont précédée, et subir le même sort s?il n?y a pas de réel engagement en faveur d?une paix elle aussi bien réelle, ou plus simplement s?il n?y a pas de négociation dans son sens communément admis. Ce serait ajouter à la détresse d?un peuple, et à ce sentiment de colère et d?injustice que les experts disent lié à la question palestinienne. En dépit de tous ces risques, le président palestinien se montre perspicace alors même que les deux parties sont profondément divisées, les Palestiniens veulent une déclaration allant dans le détail des principaux problèmes, alors que les Israéliens sont plus favorables à une simple déclaration de principe. Comme toujours afin d?éviter le moindre engagement. De la politique spectacle. Jusqu?à quand ?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)