Algérie

Energie solaire


L’Algérie peut couvrir les besoins de l’Europe L’Algérie, en plus d’avoir l’un des plus grands gisements énergétiques au monde, dispose également d’un gisement inestimable et intarissable en énergies renouvelables. Il s’agit de l’énergie solaire et éolienne. Ce sont-là deux énergies qui peuvent se substituer aux hydrocarbures pour la production des besoins nationaux en électricité, et même d’en exporter puisque «plusieurs pays européens (l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne) ont émis le vœux d’importer de l’électricité algérienne». C’est ce qu’a déclaré, hier, Aïcha Adanon, de la NEAL (New Energie Algeria - sous tutelle du ministère de l’Energie), à l’occasion d’un séminaire algéro-allemand sur les opportunités d’investissement dans ce domaine. «Il faut savoir que 1/10 du désert algérien peut alimenter toute l’Europe en énergie électrique», a assuré la même responsable. Et d’ajouter que les investissements déjà inscrits dans l’agenda de l’agence peuvent produire d’ici 2010 pas moins de 5% des besoins nationaux en électricité, pour un potentiel en énergie thermo solaire estimé à plus de 169,44 TWh/an et plus de 13,90 TWh/an en énergie photoélectrique pour une consommation -actuelle- de 30TWh/an. L’agence, créée en 2002 pour gérer ce dossier, va réaliser 3 projets au Sud l’un avec l’Espagne, une centrale hybride (solaire-gaz) à Hassi Rmel déjà lancée d’une capacité de 150MW. «L’autre en 2015 de 400MW et une troisième à Aïn Salah de 400MW en 2010 feront l’objet d’appels d’offres. Des projets destinés à la consommation des entreprises, à savoir la Sonatrach qui est le principal acquéreur», précise-t-on. D’autres projets dont la réalisation de fermes éoliennes à Tindouf et Bechar entre autres sont également retenus. L’ensemble des projets de cette agence s’élève, selon des estimations, à 1 milliard de dollars. «Des projets qui visent à développer les régions du Sud, à réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’acquérir la technologie dans ce domaine», a ajouté notre interlocutrice. La représentante du ministère de l’Energie a développé une approche incitative en direction des entreprises allemandes présentes à ce séminaire pour investir dans ce domaine. «Des incitations fiscales et parafiscales pour créer un nouveau marché, une industrie spécialisée, et promouvoir cette énergie, sont offertes». Pour sa part, la représentante de l’APRU, Aït Saïda Karima, est revenue sur nombre de projets entrepris notamment des chambres solaires au nombre de 400 en direction des ménages avec des taux d’aides financiers pouvant atteindre les 45 et de 20% pour les installations collectives, le développement du système en direction du secteur tertiaire dont les fermes agricoles et les hôpitaux avec des aides pouvant atteindre les 50%. «Les aides peuvent différentier selon les régions», a précisé l’interlocutrice qui ajoute que le fonds national de la maîtrise de l’énergie (FNME) est en recherche de financements pour le développement de ces procédés et il a réussi à avoir un financement de l’ordre de 5 millions de dollars de la part du fonds mondial pour l’environnement. Actuellement, ces financements permettront de monter des projets pour l’acquisition de 80 pompes à eaux éoliennes pour les agriculteurs. Toutefois, regrette-t-elle, la production nationale en énergie solaire est très insignifiante, avec seulement 0,02% de la production nationale en électricité. Revenant sur les échanges commerciaux entre l’Allemagne et l’Algérie, le directeur général de la chambre allemande de commerce et d’industrie a indiqué qu’ils ont atteint cette année 2,7 milliards d’Euros, passant ainsi 4e fournisseurs de l’Algérie. Par ailleurs, pour illustrer l’importance des investissements allemands en Algérie, le même interlocuteur dira que 110 sociétés de son pays sont déjà implantées en Algérie.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)