Algérie

En Compagnie de l’Élu


En Compagnie de l’Élu Le matin du quatrième jour, le guide Abdallah Ibn Urayqit leur apporta leurs montures. Les deux compagnons partirent en compagnie de ‘Âmir Ibn Fuhayrah et du guide. Ce dernier les conduisit au Sud de la Mecque c’est-à-dire par le chemin littoral. À Médine, ayant appris que le Messager d’Allah avait quitté la Mecque, les musulmans sortaient l’attendre à Al-Harrah tous les matins jusqu’à midi puis rentraient chez eux à cause de la chaleur. Un jour après qu’ils furent retournés chez eux après une longue attente, un Juif, qui était monté sur un bâtiment élevé pour vaquer à quelque affaire, aperçut au loin le Messager d’Allah et ses compagnons marchant sans relâche. Il cria de toutes ses forces : Ô Arabes, voici votre chef que vous attendiez ! » Excités par la nouvelle, les musulmans saisirent leurs armes et allèrent à la rencontre du Messager d’Allah à extrémité d’Al-Harrah. Le Prophète vira sur la droite, suivi par les musulmans, et fit halte chez les Banou Amr Ibn ‘Awf. C’était un lundi du mois de Rabî Ier. Abou Bakr se leva à la rencontre des gens tandis que le Messager d’Allah resta assis en silence. Les Ansarites qui n’avaient jamais rencontré le Messager d’Allah - paix et bénédictions sur lui - commencèrent à saluer Abou Bakr laissant le Messager d’Allah - paix et bénédictions sur lui - au soleil. Mais Abû Bakr alla vers lui et lui fit de l’ombre avec sa cape. Sur ce, les gens surent qui était le Messager d’Allah. Celui-ci demeura chez les Banou Amr Ibn Awf dix nuits et fonda « la mosquée fondée sur la piété », plus connue sous le nom de Mosquée de Qubâ’, où le Messager accomplit la prière. Le Messager d’Allah arriva sur sa chamelle qui se dandinait paisiblement. Il avait lâché sa bride et la laissait avancer sans la diriger. Les gens profitaient de ce fait pour saisir le bride de la chamelle disant : « Ô Messager d’Allah, viens donc au soutien nombreux, au matériel, et à l’invulnérabilité. » Il répondait : « Lâchez-la, elle est commandée. » Alors les gens obtempéraient lâchant la bride promptement. Ainsi le convoi béni passa-t-il tour à tour par la tribu des Banû Sâlim Ibn Awf, par les Banou Bayâdah et par les Banou Sâ`idah. À chaque fois, les tentatives de garder le Prophète se répétaient. Puis il passa par les Banû `Adiyy Ibn An-Najjâr qui caressaient l’espoir d’obtenir cet insigne honneur, car ils étaient ses oncles maternels et étaient donc les mieux placés pour le recevoir. Ils dirent : «Viens chez tes oncles maternels, ô Messager d’Allah... » Il répondit - paix et bénédictions sur lui - : « Laissez-la, car elle est commandée. » Arrivant aux maisons des Banou Mâlik Ibn An-Najjâr, la chamelle s’agenouilla spontanément, avant de se relever, de faire un tête-à-queue et de baraquer. Un homme sortit de la foule, s’empara des bagages du Messager d’Allah et les emmena dans sa maison. Cet homme n’était autre que Khâlid Ibn Zayd Ibn Kulayb, plus communément appelé Abou Ayyoub Al-Ansari; il eut beaucoup de chance du fait que la chamelle avait baraqué près de chez lui. Les Banû Mâlik Ibn An-Najjâr entourèrent le Messager d’Allah bénédictions sur lui - exultant de bonheur parce qu’il allait résider chez eux, chacun l’invitant à venir chez lui. El le Prophète de répondre : « L’homme ne peut que suivre ses bagages... » Ainsi Abou Ayyûb Al-Ansârî gagna-t-il le droit de recevoir le Messager d’Allah chez lui, le temps que la mosquée et les appartements des Mères des Croyants soient construits.   Suite et fin Cheikh Yassin Rochdi
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)