Algérie

3ème phase du relogement des familles des Planteurs

500 familles relogées en une journée 200 familles des différentes zones des Planteurs ont été relogées, hier, à Haï El-Nour et, comme il fallait s’y attendre, ces logements (des F3 et F4) n’ont pas fait que des heureux, des familles composées de plusieurs ménages ayant affiché leur déception. Elles sont nombreuses les fa-milles se trouvant dans cette même situation, des familles à avoir crié, hier, à la hogra. Si celles-ci ont eu droit à des F3 et F4, d’autres familles nombreuses ont bénéficié de F2. Celles-là, au nombre de 57 unités, se trouvent à Haï El Sabah. Rappelons que le chef de la daïra d’Oran, M.Laardja, a déclaré, lors de l’opération de répartition des étages ayant eu lieu, mercredi dernier, au Palais des sports que «606 familles du quartier des Planteurs, du petit sentant, du bassin, du terrain Chabat, du Ravin de Ras El Aïn, de la Glacière et du terrain Mesmoudi, sont concernées par la troisième phase de l’opération de relogements, dans le cadre de l’éradication de l’habitat précaire au quartier des Planteurs». Il a précisé, dans son allocution, «Qu’il était prévu que 937 familles soient relogées lors de cette opération, mais que pour des raisons de sécurité, 300 familles, dont les habitations sont en péril, ont été incluses dans cette opération. Elles ont pris des logements de familles des Planteurs qui seront relogées en décembre de cette année». Il faut savoir que ces familles là sont recensées et ont été informées par la commission de daïra, chargée d’arrêter la liste des bénéficiaires de ces logements, qu’elles devront patienter. Or, il y a des centaines d’autres familles qui ont été exclues, non seulement de la troisième phase de relogement, mais du programme d’éradication de l’habitat précaire dans le quartier des Planteurs. Celles-là se disent en droit d’en bénéficier et affirment qu’elles habitent ce quartier depuis des décennies. A ce propos, les autorités compétentes affirment le contraire. Selon des membres de la commission d’attribution des logements, les anciennes familles des Planteurs ont toutes été relogées, même les locataires l’ont été, mis à part les nouveaux débarqués. A propos des familles composées de plusieurs ménages et qui n’ont bénéficié que d’un seul logement, rappelons que le chef de la daïra avait déclaré que «la commission a opté, à l’unanimité, à des attributions de 01 logement pour deux ménages, deux frères mariés dans un F3". Or, sur terrain, hier à Haï El Nour, on a retrouvé quatre ménages, chacun composé au minimum de trois personnes, dans un F4. La grand-mère, propriétaire des lieux, a déclaré qu’un de ses fils a refusé de les rejoindre, qu’il a préféré rester mourir sous les décombres de la maison qui sera démolie au lieu de venir dans un trou à rat, dans un lieu perdu. Ils sont nombreux les pères de familles qui se trouvent dans la même situation que cette personne, des pères de familles qui n’ont pu bénéficier d’un logement propre à eux et qui se trouvent forcés à suivre les parents et de prendre une chambre dans un appartement. L’autre alternative qui s’offre à lui est la rue. Bien que résolu à s’opposer à la démolition des maisons qui les abritaient et qui étaient bien plus spacieuses que les appartements qui les attendent, ces pères de familles ont gardé leur calme. Jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse, l’opération de relogement et celle de démolition des habitations vidées de leurs occupants se sont poursuivies dans la tranquillité, sous le contrôle d’un important renfort de police et de la gendarmerie. Hafida B.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)