Algérie

46ème anniversaire de l’assassinat de Kaissari Djillai

Le 11 décembre 1960 est guillotiné le Fidaï de Kenadsa L’association Machaâl Echahid de Béchar s’apprête à commémorer le 46ème anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 en honorant la mémoire de Kaissari Djilali, chef du réseau de fidayin ayant attaqué à la bombe «le foyer du soldat» à Kenadsa. Le défunt condamné à mort fut exécuté dans la prison d’Oran le 2 juillet 1960. L’attentat à la bombe contre le foyer du soldat à Kenadsa, le 17 octobre 1959, a été préparé au mausolée de Sidi El Hadj Ben Ahmed par les moudjahidine Zaâlane Moumen et Kasmi Mohamed sous la direction de Kaissari Djilali, chef du réseau de Fida local et des fidayin Abbassi Abdeslam et Boughris Abderrahmane. L’exécution de l’opération eut lieu le 14 octobre 1959 à 20 heures, moment où le foyer regroupe un grand nombre d’officiers et de soldats français. Abbassi Abdeslam et feu Boughris Abderrahmane lancèrent à l’heure fixe deux grenades à l’intérieur du foyer, occasionnant une grande perte parmi les rangs de l’occupant qui s’est abstenu de le déclarer dans la presse pour des raisons politiques. L’armée coloniale voulait à l’époque taire la rébellion dans le sud algérien dans sa logique d’accorder l’indépendance au nord du pays sans le Sahara. Le groupe de fidayin passa la nuit dans une maison appartenant à un militant de Kenadsa. Le lendemain, ils sont arrêtés, et après un vigoureux interrogatoire qui dura des jours, ils furent jugés à l’intérieur de la fameuse salle «3» de sinistre mémoire. Les condamnations allèrent de 20 ans de travaux forcés à la peine capitale. Par la suite, les forces coloniales encerclèrent le lieu où se réfugiaient les moudjahidine et lancèrent une grenade à l’intérieur. C’est ainsi que Kasmi Mohamed perdit son bras et Zaâlane Moumen fut atteint à la jambe. Ils furent par la suite acheminés, en compagnie du chef de fida Kaissari Djilali, vers la prison d’Oran, où ce dernier fut exécuté le 2 juillet 1960 à l’aube. Gloire et postérité à nos glorieux martyrs.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)