Algérie

Elle a été remplacée par Mohamed Hamadi

Ghania Houadria limogée d’Algérie Poste Mme Ghania Houadria, la femme qui a dirigé de manière controversée Algérie Poste et qui a survécu depuis 2002 à la cascade de limogeages ayant touché les cadres du secteur, a finalement cédé son fauteuil hier. La procédure de limogeage enclenchée par l’ex-ministre des télécoms, Boudjemaâ Haïchour qui voulait avoir sa «peau», a fini par aboutir sous le gouvernement d’Ahmed Ouyhaia. Haïchour, qui a dû quitter son poste avant de virer la patronne d’Algérie Poste, qu’il n’appréciait guère selon des sources, devrait pousser un ouf de soulagement... Après enquête, la procédure de mise de fin de fonction a reçu un avis favorable de la chefferie du gouvernement, même si Mme Houardia a fait valoir dans le même temps ses droits à la retraite, flairant sans doute le coup. C’est donc un limogeage masqué puisque Boudjemâa Haïchour avait transmis à la chefferie du gouvernement une liste de trois cadres du secteur à même de remplacer la directrice. Finalement, la procédure vient d’aboutir avec le nouveau chef du gouvernement et son nouveau ministre des télécoms, Hamid Bessalah. Ghania Houadria, qui a souvent été accusée par ses adversaires de recruter des cadres parmi ses «connaissances et ses proches parents», a été remplacée par Mohamed Hamadi, actuel inspecteur général au ministère de la Poste. Selon des sources proches du ministère, ce cadre a déjà fait ses preuves dans un secteur où il a gravi tous les échelons. Il a notamment exercé son talent en qualité de directeur régional de la Poste à Relizane et Tiaret puis directeur régional d’Alger avant d’occuper le poste d’inspecteur général. Dans l’entourage de la poste et des télécoms, on ne tarit pas d’éloges sur les compétences de l’homme qui a été installé hier dans ses nouvelles fonctions de Directeur général d’Algérie Poste par le ministre de la Poste et des Technologies de l’information, Hamid Bessalah. Il est à espérer que cette cascade de licenciements dans ce secteur vital, qui a tant besoin de stabilité et de compétence, va enfin connaître son terme alors que les enjeux sont immenses. En effet, l’ancien ministre des Télécommunications avait limogé successivement les P-dg d’Algérie Télécom et celui de Mobilis mais a échoué devant Ghania Houadria. En tout état de cause, le secteur de la Poste et des Télécommunications est désormais entre des bonnes mains dans la mesure où le ministre est également issu du secteur. Il reste à savoir si ces nouvelles «têtes» apporteront un «haut débit d’idées» dans un secteur qui en a grandement besoin.  Amine Makri 
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)