Algérie

El-Milia Intempéries et désagréments font ménage



Les violents orages qui se sont abattus sur la région ces derniers jours ont encore une fois montré les limites des réseaux d'assainissement d'une ville qui ne résiste désormais plus à la moindre intempérie. La violence de ces orages, qui ont atteint leur paroxysme tard dans l'après-midi de lundi dernier, pour continuer avec un rythme de rafales de vent et de pluie toute la nuit de lundi à mardi, a été telle que toute la ville a vite été submergée par des torrents d'eau de pluie mêlés aux eaux usées des bouches d'égouts qui ont tout «vomis» sur la voie publique. L'eau puante émanant de ses réseaux, qui ont très vite été bouchés, a fait que des odeurs fétides ont envahi plusieurs endroits au centre-même de la ville, au moment où certains autres ont quasiment été engloutis par des avalanches de boue et de tas de détritus. Offrant un spectacle de désolation qui en dit long sur l'état de déliquescence dans lequel est tombée cette ville depuis maintenant plusieurs années, ces intempéries ont encore une fois mis à nu le travail plus que jamais bâclé entamé dans des circonstances hasardeuses pour tenter d'atténuer les effets de ces situations pluviales. Dans ce contexte, c'est la cité «Tennis» qui a subi les contrecoups de ces intempéries, qui ont carrément coupé la route la reliant au centre-ville, le matin de mardi dernier. Comme toujours en de pareilles circonstances, ce sont les petits ouvriers de la commune qui ont été dépêchés sur les lieux pour tenter de déboucher les réseaux d'assainissement et d'évacuation des eaux pluviales complètement submergés par la boue et les débris d'un environnement déjà suffisamment détérioré. Ces mêmes ouvriers ont passé toute la journée à s'affairer à déboucher un réseau plus que jamais vulnérable. Le hasard a voulu que la journée de ces intempéries coïncide avec la tenue d'une délibération consacrée à un remaniement au sein de l'exécutif communal. A-t-on pensé un instant que des habitants de la cité des 100 logements de la zones Est demeurent sans la moindre goutte d'eau depuis une vingtaine de jours ? La question a le mérite d'être soulevée, dans la mesure où les appels incessants en direction des responsables concernés n'ont cessé de fuser de toutes parts depuis que cette énième crise d'eau a éclaté en raison, cette fois-ci, d'une conduite endommagée par des travaux qui peinent encore à avancer dans le chantier du projet d'amélioration urbaine dont a bénéficié cette cité. Ce projet, entamé depuis voilà déjà plus de six mois, en est encore à ses premiers balbutiements, alors que les citoyens habitant la dite cité et celle des 312 logements sont plus que jamais agacés par les travaux du chantier. Un enfant a, dans ce contexte, perdu ses dents lorsqu'il a fait une chute au sein d'une cité transformée en un vaste chantier pour les besoins d'un projet, pourtant tant attendu par les habitants qui ont eu maille à partir avec les conditions de précarité dans lesquelles ils sont toujours plongés.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)