Algérie - Revue de Presse

El Kantara



Les contraintes d?un secteur urbain Limité à l?est par le secteur urbain de Ziadia, à l?ouest par la zone périphérique de Sidi Rached, au nord par la localité de Hamma Bouziane et au sud par l?agglomération de Sidi Mabrouk, le secteur urbain d?El Kantara s?étend sur un territoire de 916 ha. Le dernier recensement en date fait ressortir une population de 35 000 habitants pour un parc de 7655 logements répartis essentiellement au niveau des quatre grands quartiers dits Emir Abdelkader, Bab El Kantara, les Frères Bouchama et Mohamed Loucif, ex-cité Gaillard. A l?instar des huit autres secteurs composant la commune de Constantine, cette agglomération est loin d?être épargnée par les contraintes qui pèsent sur le bien-être de ses habitants, et ce, malgré l?image bucolique et quelque peu agreste renvoyée par les magnifiques ponts qui marquent quelques-unes de ses limites administratives. On relève surtout la persistance de quelques bidonvilles, le problème récurrent des constructions illicites, l?insécurité du fait de la recrudescence de la délinquance et de la criminalité, un réseau d?assainissement défaillant en de multiples endroits et l?absence d?infrastructures culturelles, sportives et de loisirs. A ce chapitre, l?un des challenges engagés est en passe d?être gagné : celui de l?éradication des bidonvilles. Ils datent pour la plupart de l?époque coloniale et comptent parmi les plus importants du Vieux-Rocher, par la densité de ses gourbis et par le nombre d?habitants. Selon les informations recueillies auprès de l?autorité communale, 2610 familles ont été évacuées à ce jour à partir de quatre sites sur les six répertoriés à ce niveau. 2110 familles ont été relogées entre 2002 et 2003 à la nouvelle ville Ali Mendjeli et 500 familles, qui vivaient sur le site du terrain Tenoudji, ont été transférées en 2004 à la nouvelle ville Massinissa, souligne à ce sujet le délégué communal en charge de ce secteur qui tient à préciser que les terrains libérés devraient servir à la réalisation de plusieurs projets dont la construction d?un complexe touristique au terrain dit Gance et d?un théatre de verdure et des espaces culturels et de loisirs au terrain Tenoudji. Les deux bidonvilles encore fonctionnels sont situés respectivement aux lieux-dits Fedj Rih et Alexandra (ça ne s?invente pas !). Ils comptent 1510 familles qui devront être évacuées à l?échéance de l?année 2005 et dispatchées dans les villes Ali Mendjeli et Massinissa. Sa seule crainte, avoue-t-il, c?est d?être confronté le jour J à une augmentation des familles à prendre en charge. Un phénomène difficile à maîtriser en raison, semble-t-il, des combines mises au point par certains chefs de famille pour prendre à contre-pied les recensements les plus pointus. A ce propos, on croit savoir que l?éclatement de la cellule familiale à travers le mariage de leur progéniture est la raison généralement invoquée pour expliquer la construction de nouveaux gourbis. Dans ce même registre, le secteur urbain d?El Kantara compte plusieurs sites de constructions illicites dont les plus importants sont à la cité Albedel et au niveau des quartiers connus sous le nom de Bled Erroumia et Bled Daikha. A défaut de délocaliser les milliers de familles recensées à ce niveau, on annonce le lancement prochain d?un vaste programme visant la réhabilitation de ces trois sites, notamment la remise en l?état des routes, des trottoirs et des voies de circulation intra muros, la rénovation du réseau d?assainissement, la réalisation d?avaloirs et de luminaires, l?enlèvement des déblais et gravas et l?aménagement d?espaces verts et de loisirs. En fait, c?est la réhabilitation d?une bonne partie du secteur qui est envisagée, selon le délégué communal. Entre autres, la réalisation d?un nouveau réseau d?évacuation des eaux usées à partir de Chaïbat jusqu?au chemin de wilaya N° 51 reliant la cité Emir Abdelkader (ex-faubourg Lamy) à la cité Ziadia. Datant de l?époque coloniale, les anciennes canalisations éclataient les unes après les autres au grand dam des riverains qui se plaignent des fuites d?eau constatées dans le réseau d?AEP. D?après le délégué communal, quatorze quartiers souffrent de ces fuites dont l?ampleur a souvent attisé la colère des habitants affectés par ce phénomène. Le programme de réhabilitation mis en ?uvre par l?ADE devrait, d?après ce dernier, régler une bonne fois pour tout ce problème.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)