Algérie - A la une

Education : Le débrayage diversement suivi à Alger par les établissements scolaires

L'appel de grève de 4 jours lancé par le Syndicat national des travailleurs de l'éducation (SNTE) a été différemment suivi lundi, au premier jour du débrayage, par les établissements scolaires d'Alger, a constaté l'APS.

Ainsi, certains établissements des cycles primaire et moyen ont enregistré des arrêts de cours, alors que ceux du cycle secondaire ont fonctionné normalement. Le SNTE avait appelé à une grève limitée de 4 jours (du 10 au 13 octobre). Le syndicat revendique notamment la révision du statut particulier des travailleurs de l'éducation et à la réadaptation de ses régimes indemnitaires.
En réponse à ses revendications et à celles exprimées par d'autres syndicats, le ministère de l'Education nationale avait annoncé dimanche une augmentation de l'indemnité de qualification des fonctionnaires du secteur et l'attribution de nouvelles indemnités. Il a été décidé l'augmentation des taux de l'indemnité de qualification qui passent respectivement de 25 à 40% et de 30 à 45% et qui seront dorénavant calculés avec effet rétroactif, du 1er janvier 2008, sur le salaire principal et non le salaire de base, avait précisé le ministère dans un communiqué. Il avait également annoncé l'attribution d'une indemnité de documentation à tous les corps d'intendance avec effet rétroactif à partir du 1er janvier 2008.
Une attribution de deux nouvelles indemnités aux personnels de laboratoires, à savoir une indemnité de service technique de 25% du salaire principal et une indemnité de nuisance de 10% du salaire principal, figure aussi au nombre des décisions prises en faveur de ces personnels. Ces indemnités seront versées avec effet rétroactif à partir du 1er janvier 2008. Le ministère avait annoncé, en outre, l'attribution d'une nouvelle indemnité de 15 % du salaire principal, intitulée indemnité de soutien scolaire et de remédiation pédagogique, attribuée à tous les corps spécifiques de l'éducation nationale, qui sera versée avec effet rétroactif du 1er janvier 2008.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)