Algérie

25e Festival international du théâtre d’Almada

La rencontre des théâtres du monde A Almada, les jours se suivent et se ressemblent, en cette 25e année du festival international de théâtre: théâtre, théâtre, théâtre. Tous les jours, une, deux, voire trois représentations. Des compagnies portugaises, comme «Artistas Unidas» (Artistes Unis), la compagnie dirigée par le grand metteur en scène Jorge Silva Melo, qui a présenté 3 créations; des compagnies espagnole, mozambicaine, italienne, cubaine et française -Théâtre Dijon Bourgogne avec «Hippolyte», une création de Robert Cantarella et la compagnie Alain Ollivier avec «Le Cid» de Corneille dans une mise en scène d’Alain Ollivier. Cette édition a vu la participation de la Libanaise Darina El Joundi dans une création «Le jour où Nina Simone a cessé de chanter» qu’elle avait présentée l’année dernière au festival d’Avignon. La pièce a été adaptée du récit qu’elle a écrit –avec, en collaboration, Mohamed Kacimi, avec qui elle est en procès aujourd’hui- met en scène Noun, une jeune femme qui s’adresse à son père décédé, journaliste laïc admirateur de Nina Simone. Au fil de ce récit, on découvre une société libanaise violente où la «femme reste une langue étrangère» comme nombre de sociétés arabo-musulmanes. Comme en France, la pièce a rencontré un succès certain auprès du public. Il faut dire que Darina, actrice et comédienne connue dans son pays, ne laisse pas indifférent: un large sourire, une détermination affichée, des convictions assumées. Un autre spectacle a été apprécié par le public du festival: «Quarto interior», une création d’une compagnie venant de Porto, au nord du pays. Deux artistes -comédiens? Danseurs? Les deux certainement -sur scène, sans parole, des décors mobiles qu’ils entraînent, modulent, déplacent, par la virtuosité de leurs corps. Un spectacle remarquable qui leur vaudra une standing ovation. Après le spectacle -c’est une tradition ici- le public leur a fait une haie d’honneur, les accompagnant à la sortie par des applaudissements. Ils reviendront certainement l’année prochaine, car ce festival a une particularité: chaque année, le public vote pour un spectacle afin qu’il revienne à la prochaine édition. Comme pour la compagnie chilienne «Jaime Lorca» qui avait présenté, l’année dernière, «Gulliver». Plébiscité par le public, le spectacle sera donné cette année, en clôture du festival, faisant la joie de Jaime Lorca, venu avec ses comédiens de Santiago du Chili. Le festival international du théâtre d’Almada est largement ouvert sur les autres arts: musique, photographie et peinture. Ainsi, cette année, hommage a été rendu à Joao Vieira, scénographe et peintre portugais au talent immense. L’exposition de ses œuvres est abritée à la Casa de Cerca, le centre d’art contemporain de la ville -un bijou de palais construit sur les hauteurs, d’où l’on a une vue extraordinaire sur le Tage et Lisbonne. Une autre exposition se tenait au Forum Romeu Correia «Che! Mythe et révolution», en collaboration avec le «Californian Museum of Photography» et «212 Berlin». Enfin, au théâtre municipal, une exposition était consacrée à Peter Zadek, metteur en scène et directeur du «Berliner ensemble» pour lequel Joaquim Benite, le directeur, a dû casser la tirelire pour le programmer. Almada -du nom arabe «al maâdane» (mine), une ville avec une longue histoire, un festival international de théâtre depuis 25 ans, un théâtre (municipal!) de grande facture qui étonne toutes les compagnies, tous les metteurs en scène, une compagnie de théâtre créée au lendemain de la révolution des œillets, une équipe remarquable de professionnalisme et de générosité -ce n’est pas antinomique- autour d’un homme, Joaquim Benite, un géant du théâtre portugais, qui fonctionne par ses rêves, comme tout homme libre. Yahia Belaskri De Lisbonne
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)