Algérie

Djoudi prône «la flexibilité» Code des marchés publics

Considéré comme « rigide » par beaucoup d'investisseurs, le côde des marchés publics devrait subir un amendement pour plus de « flexibilité ». Un projet d'amendement du code des marchés publics, a en effet été soumis au Gouvernement, a révélé hier, Karim Djoudi en marge de la plénière consacrée à l'adoption de la Loi de Finances 2012.
« Il y a une discussion aujourd'hui sur le code des marchés publics », a-t-il affirmé avant d'indiquer qu'un projet d'amendement est actuellement au niveau du Conseil du gouvernement». Pour Djoudi, «l'idée est de prendre en considération les contraintes exprimées par les différents secteurs qui souhaitent plus de flexibilité dans la commission nationale des marchés (publics) et de trouver ensuite des points de passage entre ceux qui veulent aller vite dans leurs marchés, et ceux qui sont tatillons dans le respect strict de la réglementation, à savoir les commissions des marchés ».
Le premier argentier du pays assurera que « la logique du Gouvernement est d'être réactif à des situations et à des problèmes posés et non pas de rester rigide », tout en rappelant que le contrôle de la régularité se fait également à travers plusieurs commissions, tant au niveau de la wilaya, que ministériel ou national, « en fonction des montants de ces marchés publics ».
il faut rappeler dans ce contexte que le nouveau décret modifié en mars 2011 donnait la préférence aux entreprises nationales qui bénéficient entre autres d'une marge de préférence de 25% lors des soumissions aux appels d'offres, alors que les investisseurs étrangers devaient pour leur part respecter la règle dite 49/51 qui va avec l'obligation de s'associer à un partenaire algérien.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)