Sétif - Revue de Presse

Dix ans de prison pour le mis en cause Les bouchons des réservoirs servaient à faire de fausses clés


Dans son audience d'hier, le tribunal criminel de Constantine a traité une affaire d'association de malfaiteurs, vols qualifiés, faux et usage de faux et utilisation de fausses clés, dans laquelle comparaissait B. Laïdi. D'après l'arrêt de renvoi l'accusé, âgé de 34 ans, en compagnie d'autres jeunes, enlevaient les bouchons des réservoirs de voitures pour ensuite confectionner de fausses clés, en utilisant une lime. Avec la clé confectionnée, ils s'emparaient du véhicule ciblé sans attirer l'attention. Ils agissaient de cette manière à travers différentes villes de l'Est. Ainsi, une Clio, une R 19, une Express... de Sétif, de Chelghoum Laid, d'Ouled Rahmoun, de Constantine ont été volées pour être revendues. Alors qu'il revenait de Sétif avec son épouse, B. Laïdi a été arrêté à un barrage par la gendarmerie nationale pour un contrôle de routine. Profitant d'un moment d'inattention des hommes en vert, Laïdi démarre en trombe. L'alerte est donnée par les gendarmes et le mis en cause est arrêté par la police à son domicile à la cité El-Guemas et est invité par les éléments des services de sécurité à les suivre vers les locaux de la sûreté. Mais à peine arrivé sur les lieux que Laïdi appuie sur l'accélérateur et prend la fuite une seconde fois. Il est finalement arrêté dans un barrage de gendarmerie près de la ville d'El-Gourzi. A la barre, il a reconnu tous les faits qui lui sont reprochés. Il dira, cependant, avoir agi le la sorte pour subvenir à ses besoins financiers. Les témoins, parmi eux son frère et son neveu, convoqués par le tribunal criminel, ont déclaré ignorer de quoi il s'agit. Les victimes, au nombre de 5, ont précisé avoir déposé plainte contre X. La partie civile a indiqué qu'«après les années de braise, nous voilà confrontés à ce genre d'individus sans scrupules, des professionnels du vol. Est-ce uniquement là, le nombre de voitures volées? L'accusé a même poussé un véhicule volé dans un ravin pour faire croire qu'il a eu un accident. Des documents de véhicules ont été trouvés chez lui, et sa femme savait ce que faisait son époux. Elle aurait dû aviser les autorités. L'accusé n'était pas seul. Il veut payer pour les autres», ont conclu les robes noires.Le procureur général était étonné des aveux faits par l'accusé qui veut endosser, seul, toute l'affaire. «Il est impossible qu'il ait agit seul pour voler toutes ces voitures. Qui prouve qu'il n'y en a pas d'autres? Il ne s'est pas rendu de son propre gré comme il le prétend». Il requit 12 ans de prison ferme à son encontre. La défense reconnaît que «c'est la première fois, durant sa carrière, qu'un accusé reconnaît ses fautes commises après que sa conscience se soit réveillée. Il était temps. Que votre honneur prenne en considération cette sincérité et l'aide à s'insérer dans la société», a conclu l'avocat. Après les délibérations, le tribunal a condamné B. Laïdi à 10 années de réclusion criminelle, sans bénéfice de circonstances atténuantes.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)