Algérie

Des souscripteurs haussent le ton

L'échec de l'ancienne formule LSP à Constantine a pris en otage plusieurs souscripteurs, durant plus d'une décennie, faisant d'eux des victimes de certains promoteurs qui excellent dans les dépassements et la transgression de la loi, avec le consentement de l'administration locale et la bénédiction de la tutelle. Il s'agit cette fois du programme 304 logements LSP, réalisés par le promoteur Salim Naceri à Ali Mendjeli.Lancé en 2006, ce projet peine à voir le jour et tarde à être livré dans les délais. Selon des souscripteurs ayant pris attache avec El Watan, les travaux ont connu beaucoup de retard à cause de la lenteur des procédures administratives, mais aussi en raison de la négligence et de l'inconscience du promoteur. «Le projet a été lancé en 2006, depuis rien n'a été fait, parce que le promoteur n'a obtenu son permis de construire qu'en 2009», a déclaré le représentant des concernés ayant requis l'anonymat. Il a ajouté que ce projet devrait être livré en 2011. Malheureusement, les engagements n'ont pas été respectés.
«Le promoteur nous a clairement expliqué qu'il s'agit d'un problème de financement. Pourtant nous avons payé en 2008 notre première redevance, estimée à 200 000 DA», a-t-il expliqué, présentant des copies des reçus du versement de la première tranche. Documents à l'appui, les souscripteurs soutiennent qu'en 2012, ils ont payé la deuxième tranche estimée à 100 000 DA.
Le promoteur est allé plus loin, d'après eux, en leur demandant de payer la deuxième tranche, car les 200 000 DA versés sont considérés comme une garantie d'inscription. «Nous voulons savoir sur la base de quelle loi, ce promoteur a-t-il agi pour détourner notre première redevance en versement de garantie d'inscription ' De par son comportement contraire à la loi, il fait monter le prix de l'unité à 3 000 000 DA. Pour cela, nous demandons aux autorités locales de diligenter une enquête sur ces dépassements flagrants et forcer Salim Naceri à respecter ses engagements, sachant qu'il a dépassé les délais du projet et qu'il est en train d'exercer dans l'illégalité», ont déclaré nos interlocuteurs.
Ces derniers ont affirmé que ce promoteur n'a pas mentionné la somme «garantie d'inscription» dans le contrat de vente sur plan (VSP), livré à quelques souscripteurs en 2015. Pour le reste des inscrits, le promoteur a accentué sa pression en passant au «chantage». Plus explicites, plusieurs concernés étaient unanimes à dire qu'il y a quelques jours, M. Naceri les a convoqués par le biais d'un huissier de justice pour les obliger à payer le reste du prix de l'appartement, et a refusé d'attribuer à 40 demandeurs le contrat de VSP avant le payement cash de la totalité du prix de l'unité.
Sachant que les citoyens concernés sont conventionnés avec la Caisse nationale d'épargne et de prévoyance (CNEP) et ce n'est pas à eux de lui donner de l'argent pour financer son projet. Pour ce qui est de l'avancement des travaux, les souscripteurs n'ont pas manqué d'exprimer leur déception, vu que le taux n'a pas atteint les 60% depuis 2006.
Après les multiples mouvements de protestation et les lettres adressées au wali, le promoteur a signé un engagement en décembre 2016 pour achever les travaux en décembre 2017. À ce jour, le projet ne connaît aucun avancement et le statu quo persiste. Pour avoir sa version des faits, nous avons tenté de prendre contact avec le promoteur ou son représentant. Malheureusement, nous n'avons pas pu avoir d'interlocuteur.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)