Algérie

Des publications marocaines critiquent la position d?Alger

Profitant de la récente visite effectuée en Algérie par le ministre de l?Intérieur marocain, Mustapha Sahel, des journaux marocains ont vivement critiqué la position d?Alger par rapport au Sahara-Occidental. Dans un article intitulé « Alger mis devant ses responsabilités », le quotidien L?Opinion est tombé sur les dirigeants algériens à bras raccourcis. Le rédacteur de l?article a en effet estimé que « l?Algérie veut continuer à envenimer le climat régional, mais sans en assumer la responsabilité ». Le journaliste a fait toutefois remarquer que « l?approche unanime adoptée par Paris, Madrid et Washington à propos de la question du Sahara marocain a soulevé l?ire des dirigeants algériens ». Il explique à ce propos que « l?invitation à un dialogue direct entre le Maroc et l?Algérie, pour clore le dossier du conflit et pousser la région maghrébine vers l?avant, réduit la marge des man?uvres dilatoires algériennes ». Pour lui, « Alger est désormais confronté à ses responsabilités, sa création polisarienne ne pouvant plus servir de paravent à ses ambitions hégémoniques régionales (...) ». « Combien de temps les dirigeants algériens comptent-ils pouvoir continuer à tromper l?opinion publique internationale sur les tenants et les aboutissants du conflit au Sahara marocain ? », s?est-il interrogé. Pour étayer, à sa façon, son « analyse », le journaliste marocain ne s?est pas empêché d?avancer que « le président Boumediène rêvait pour l?Algérie d?un leadership régional et créa l?instrument polisarien pour parvenir à ses fins ». Néanmoins, a-t-il ajouté, « la fin de la guerre froide a sonné le glas de ses prétentions ». « Entre-temps, des années de dilapidation de la rente pétrolière ont fragilisé la structure sociopolitique de l?Algérie. La sédition islamiste et plus d?une décennie d?une guerre civile sanglante non déclarée ont rendu plus que jamais nécessaire l?existence d?un ennemi extérieur pour mieux cacher les malheurs intérieurs. » Plus loin encore, le journaliste de L?Opinion a estimé que « les dirigeants algériens peinent à admettre l?évolution de la situation sur la scène internationale (...). La réaction outrée du ministre des Affaires étrangères algérien, Abdelaziz Belkhadem, concernant les sages prises de position du ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier, et celle du chef du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, exprimées à Alger même, révèlent l?incapacité de la direction algérienne à s?adapter à la nouvelle donne internationale ». Pour clore son commentaire, le journaliste s?est demandé si « Alger pourra continuer longtemps à s?entêter à vouloir avancer à contre-courant ». De son côté, le journal arabophone At Tajdid écrit que « l?Algérie choisit la fuite en avant et annonce son désengagement de l?affaire du Sahara marocain ». Pour preuve, estime le rédacteur de l?article, « le ministre algérien des Affaires étrangères a réaffirmé la position de son pays, qui rejette les appels de la France et de l?Espagne à entamer un dialogue direct avec le Maroc à propos du Sahara marocain ». Le quotidien As Sabah a estimé, pour sa part, que l?Algérie refuse les conditions de normalisation des relations avec le Maroc. « Avant la fin de la visite en Algérie du ministre de l?Intérieur, Mustapha Sahel, le ministère algérien des Affaires étrangères a émis un communiqué annonçant le rejet des conditions de réconciliation avec le Maroc, ayant pour objet l?ouverture d?un dialogue entre les deux pays à propos de la question du Sahara marocain », pouvait-on lire dans les colonnes du journal. Le rédacteur de l?article a même qualifié de « mordant et d?acerbe » le communiqué du ministre algérien des Affaires étrangères. « En réponse aux positions des divers responsables étrangers ayant visité récemment l?Algérie, le communiqué a considéré que leurs déclarations affichaient un amalgame dérangeant et trompeur, précisant que la paix ne peut se réaliser qu?à travers un dialogue avec les responsables du Polisario, plutôt que par des tentatives de recherche d?axes alternatifs ». Sur sa lancée, le journaliste a considéré ce communiqué comme « un message adressé au ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier, en qualifiant ses déclarations de dérangeantes et trompeuses, ce qui vient contredire le rapprochement qui a lieu actuellement entre la France et l?Algérie ».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)