Algérie

45% des carrières à l’arrêt

Stocks de gravier épuisés et flambée des prix de ce matériau Selon des sources proches de la direction des travaux publics de la wilaya d’Oran, il a été remarqué un net ralentissement dans les travaux de bâtiment, suite à la raréfaction des graviers et à l’augmentation des prix de ce matériau. A l’origine de cette pénurie, on évoque la fermeture de près de 45% des carrières de la wilaya d’Oran, c’est à dire de 25 unités sur les 49 en activité. Ceci fait qu’il n’y a plus que 25 carrières où le travail se poursuit, dont les 3 unités d’El-Ançor. On signale aussi que les stocks de sécurité étant épuisés et que cela se répercutent négativement sur le bâtiment et les projets en cours de réalisation. Selon nos sources, c’est pour des questions de santé publique que les 45% des carrières ont cessé d’activer. On assure que des maladies respiratoires et de la peau sont apparues dans ces sites et alentours et que pour motifs, des ouvriers refusent d’y exercer tant qu’ils ne sont pas dotés d’équipements de travail et de sécurité. A El-Ançor, par exemple, les habitants s’opposent à l’activité des carrières implantées sur le territoire de leur commune. Ceci, en dépit du fait que ces unités ont résorbé, en partie, le chômage dans cette collectivité locale. Parmi les autres raisons de la cessation des carrières, on signale la mauvaise gestion ainsi la faillite de certaines d’entre elles. Pour faire face à la pénurie de graviers et lutter contre la hausse des prix de ce matériau, le ministère de l’Energie et des Mines a décidé, en 2003, d’organiser les carrières, de réglementer leurs activités et d’augmenter leurs stocks. A cette fin, dans la wilaya d’Oran, ce sont trois entreprises qui ont été chargées de l’exploitation de ces carrières. A ce jour, assure-t-on, aucune de ces entreprises n’a démarré. Ainsi, les travaux ne pouvant continuer en l’absence de gravier, c’est le bâtiment, tout aussi bien que les travailleurs, qui reçoivent les contrecoups de ces carences dont l’Algérie peut se passer. Ainsi aussi, faute de gravier, entre autres matériaux, se sont les projets de construction de logements qui sont menacés de cessation. Le ministère de l’Energie et des Mines mettra-t-il à exécution les dispositions de l’instruction de 2003 et remettra-t-il en marche les 24 carrières actuellement à l’arrêt ? Khadra A. et Nemili M.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)