Algérie

Déplacés internes, combien sont-ils ?


Quelle estimation peut-on faire des populations qui ont dû quitter massivement les campagnes pour fuir les violences multiformes des groupes armés ? Et combien sont revenues ? Selon un rapport de l?ONG Global IDP Project, une organisation qui se présente comme « le principal observatoire international des déplacements internes dans le monde », il y aurait eu plus d?un million de personnes vivant dans les zones rurales qui ont été contraintes de quitter leur village, hameau ou douar. « L?Union européenne estime que le terrorisme a déplacé plus d?un million de personnes, alors que d?autres sources indiquent le chiffre de 1,5 million de déplacés », peut-on lire dans le préambule de ce rapport établi en mars 2004 (http://www.algeria-watch.org/pdf/pdf_fr/idp_mars_2004.pdf). Le rapport souligne d?emblée la difficulté qu?il y a à quantifier ces mouvements de population : « Les données plus détaillées sur la crise du déplacement sont fragmentées et ne donnent qu?une image partielle de l?étendue du problème », note le document avant d?ajouter : « Les médias locaux affirment que 300 000 personnes sont déplacées internes dans la province de Médéa, 125 000 à Jijel, 90 000 (15 000 familles) à Chlef, 66 000 (11 000 familles) à Aïn Defla, 30 000 à Tiaret et 30 000 à Saïda. » Pour ce qui est des velléités de retour, le rapport souligne le rôle dissuasif des conditions de vie difficiles dans nombre de nos communes reculées : « Les déplacés sont dissuadés de rentrer dans leur village d?origine par les conditions dans les zones rurales qui sont encore plus difficiles qu?en ville, notamment à cause de l?absence d?eau potable, de l?insuffisance générale d?infrastructures et du manque de services de santé. Malgré cette situation, le gouvernement continue d?encourager le retour des déplacés vers leurs villages d?origine. »
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)