Algérie

Dense activité pour le RND En perspective des élections législatives

Dense activité pour le RND En perspective des élections législatives
L'ensemble de la classe politique commence à investir le terrain et accélérer les préparatifs des prochaines élections législatives qui approchent à grands pas. C'est l'heure des grandes man'uvres, en attendant les nouvelles formations politiques qui viendront s'ajouter à la course électorale après leur agrément par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales.
L'ensemble de la classe politique commence à investir le terrain et accélérer les préparatifs des prochaines élections législatives qui approchent à grands pas. C'est l'heure des grandes man'uvres, en attendant les nouvelles formations politiques qui viendront s'ajouter à la course électorale après leur agrément par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales.
En effet, le Rassemblement national démocratique (RND) tiendra aujourd'hui et demain la cinquième session de son Conseil national. A l'issue des travaux du conseil, le parti réunira son Bureau national, suite à quoi le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, tiendra une conférence de presse après-demain. Il organisera par ailleurs une conférence nationale sur la femme qui sera suivie par une autre sur la jeunesse au mois de mars prochain. Une activité assez dense qui renseigne sur l'entrée en lice de ce parti à quelques mois seulement des élections législatives. Les enjeux sont colossaux puisque il s'agit pour le RND d'accaparer la majorité lors du renouvellement de la composante de la chambre basse du Parlement et devenir la première force politique sur la scène.
Si le vieux parti, miné par la fronde des redresseurs, ne représente pas de difficultés majeures pour le RND en perspective des prochaines élections législatives, la montée des islamistes et l'éclosion de nouvelles formations, dont l'agrément est imminent, représentent la préoccupation majeure pour Ahmed Ouyahia et ses troupes. Sinon, le RND est l'un des partis, sinon le seul, les plus stables sur la scène politique. La direction comme la base font preuve d'une constance remarquable, loin des bruits et des dissidences qui minent la majorité des partis politiques. Ce ne serait pourtant pas assez suffisant pour contrer la poussée des islamistes à la lumière des développements dans certains pays arabes, à l'instar de la Tunisie, l'Egypte ou le Maroc. Une reconfiguration crainte par le parti d'Ahmed Ouyahia, en dépit des déclarations rassurantes émises par certains cadres de ce parti. Il s'agit de contrer l'invasion de la vague verte qui s'apprête à envahir les couloirs de l'hémicycle. En outre, les garanties sur la neutralité de l'administration promises par le premier magistrat du pays, à l'occasion de l'ouverture officielle de l'année judiciaire ont ajouté de l'eau au moulin des islamistes. Il s'agit donc pour la formation d'Ahmed Ouyahia d'investir le terrain de plus belle avant que les nouveaux partis, islamistes de surcroît, ne viennent occuper tous les espaces et tenter de récupérer les électeurs.
C'est l'une des plus grandes préoccupations de l'heure pour le RND, pour laquelle il devrait trouver une alternative après le retrait du MSP de l'Alliance présidentielle qu'ils formaient en compagnie du FLN.
En effet, le Rassemblement national démocratique (RND) tiendra aujourd'hui et demain la cinquième session de son Conseil national. A l'issue des travaux du conseil, le parti réunira son Bureau national, suite à quoi le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, tiendra une conférence de presse après-demain. Il organisera par ailleurs une conférence nationale sur la femme qui sera suivie par une autre sur la jeunesse au mois de mars prochain. Une activité assez dense qui renseigne sur l'entrée en lice de ce parti à quelques mois seulement des élections législatives. Les enjeux sont colossaux puisque il s'agit pour le RND d'accaparer la majorité lors du renouvellement de la composante de la chambre basse du Parlement et devenir la première force politique sur la scène.
Si le vieux parti, miné par la fronde des redresseurs, ne représente pas de difficultés majeures pour le RND en perspective des prochaines élections législatives, la montée des islamistes et l'éclosion de nouvelles formations, dont l'agrément est imminent, représentent la préoccupation majeure pour Ahmed Ouyahia et ses troupes. Sinon, le RND est l'un des partis, sinon le seul, les plus stables sur la scène politique. La direction comme la base font preuve d'une constance remarquable, loin des bruits et des dissidences qui minent la majorité des partis politiques. Ce ne serait pourtant pas assez suffisant pour contrer la poussée des islamistes à la lumière des développements dans certains pays arabes, à l'instar de la Tunisie, l'Egypte ou le Maroc. Une reconfiguration crainte par le parti d'Ahmed Ouyahia, en dépit des déclarations rassurantes émises par certains cadres de ce parti. Il s'agit de contrer l'invasion de la vague verte qui s'apprête à envahir les couloirs de l'hémicycle. En outre, les garanties sur la neutralité de l'administration promises par le premier magistrat du pays, à l'occasion de l'ouverture officielle de l'année judiciaire ont ajouté de l'eau au moulin des islamistes. Il s'agit donc pour la formation d'Ahmed Ouyahia d'investir le terrain de plus belle avant que les nouveaux partis, islamistes de surcroît, ne viennent occuper tous les espaces et tenter de récupérer les électeurs.
C'est l'une des plus grandes préoccupations de l'heure pour le RND, pour laquelle il devrait trouver une alternative après le retrait du MSP de l'Alliance présidentielle qu'ils formaient en compagnie du FLN.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)