Algérie

Délits de presse

Le FLN penche pour la dépénalisation Le SG du FLN avait le vent en poupe durant le week-end: Il a animé deux conférences de presse et accordé un entretien au quotidien français Le Monde au cours duquel il a accusé le candidat à la présidentielle française, Nicolas Sarkozy, de vouloir réhabiliter l’Organisation armée secrète, l’OAS de triste mémoire. Lors de ces rencontres avec la presse nationale, Abdelaziz Belkhadem a révélé que son parti plaide plus que jamais pour un nouveau projet de statut pour les journalistes qui est, selon lui, en cours de finalisation et doit être soumis prochainement à la future Assemblée nationale. Le SG du FLN a aussi plaidé pour l’ouverture du champ audiovisuel ainsi que la dépénalisation des délits de presse. Très largement contesté par la corporation des journalistes, ce nouveau code pénal des plus répressif a été introduit au début des années 2000 par l’ancien Chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, son grand rival pour les législatives. Il a été mis en branle par le Chef du gouvernement Ouyahia pour faire taire la liberté d’expression. Des dizaines de journalistes ont été convoqués par la justice au cours de ces trois dernières années pour des faits qui ne sont nullement liés à la diffamation ou à l’atteinte aux corps constitués. Après cette pique destinée spécialement à son rival Ouyahia, Belkhadem veut ainsi mettre de l’ordre dans la profession et s’attaquer au dispositif répressif mis en œuvre par son prédécesseur. Autre sujet de discorde avec son rival du RND, le séisme de Boumerdès. Le SG du FLN a promis de régler les problèmes bureaucratiques qui ont empêché certains sinistrés du séisme de 2003 de toucher les indemnisations promises par l’Etat. «Il y a certains problèmes qui ont fait que des sinistrés du séisme du 21 mai 2003 ici à Boumerdès n’aient pas encore touché leurs indemnités, à cause de lenteurs bureaucratiques», a-t-il déclaré. Il a indiqué avoir demandé à ses collaborateurs locaux un «dossier détaillé» sur cette affaire, pour que «tous les ayants droit touchent l’aide promise par l’Etat». Selon Belkhadem, certains sinistrés n’ont pas bénéficié du million de DA promis par l’Etat. Le secrétaire général de l’Instance exécutive du FLN a également rencontré des représentants des commerçants sinistrés de Boumerdès qui lui ont exposé leurs doléances. Selon un de leurs représentants, trois ans après le séisme, plus de 500 sinistrés n’ont toujours pas été indemnisés et continuent même à payer les cotisations sociales, alors qu’ils ont cessé toute activité. Sur les questions sociales, Belkhadem a plaidé pour l’élaboration d’une «grille des salaires nationale», dont découlerait, selon lui, «une harmonisation des rémunérations des différents fonctionnaires de l’Etat, de façon à ce que ceux qui ont la même qualification aient le même salaire». Belkhadem s’est aussi attaqué aux adversaires de la réconciliation nationale en relevant que ceux qui «jettent le doute sur la réconciliation nationale veulent maintenir le pays dans la spirale de la violence pour servir leurs propres intérêts». Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a rendu un vibrant hommage à la presse nationale qui a payé, selon lui, un «lourd tribut lors de la décennie noire». Ouyahia a souligné que «c’est grâce à cette presse que plusieurs dossiers liés à la corruption ont été dévoilés», soutenant que le RND a élaboré certaines propositions ayant trait à l’information, dans le but, a-t-il dit, «de l’appuyer». Il a déclaré, à ce propos, que son parti compte soumettre à la prochaine APN des amendements de certaines lois pour «protéger tout journaliste qui dévoilerait des dossiers liés à la corruption». Ouyahia a plaidé également pour l’ouverture de chaînes de télévision par le biais d’une aide «publique transparente et avec un cahier de charges». Autre sujet évoqué par Ouyahia, la prise en charge des familles victimes du terrorisme. Il estime que son parti est «un éradicateur lorsqu’il s’agit de combattre le terrorisme et un réconciliateur lorsqu’il s’agit de rassembler les Algériens». Si Belkhadem a évoqué le sort réservé aux victimes du séisme de 2003, imputant indirectement la faute à son rival Ouyahia, le responsable du RND cite, lui, la situation désastreuse des patriotes de Boumerdès, et dont la plupart sont, selon lui, «livrés à eux-mêmes». «Je propose aux patriotes qui n’ont aucun revenu d’intégrer les corps de la police, de la Gendarmerie nationale ou de la garde communale, alors que ceux d’entre eux qui sont âgés doivent recevoir une aide de l’Etat en matière d’investissement agricole», dira-t-il. Le président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), Boudjerra Soltani, a affirmé que le prochain Parlement devrait être «celui du changement». Profitant de l’occasion de la Journée de la liberté de la presse, il a rendu hommage aux journalistes qui, a-t-il dit, «contribuent dans la lutte contre la corruption par la divulgation de dossiers y afférents». Le président du MSP a fustigé le système de sous-traitance de la main d’oeuvre pratiqué au Sud et qualifié ce système «d’anormal» à la lumière de la Constitution. Il a évoqué le projet de la nouvelle ville de Hassi Messaoud pour laquelle une enveloppe colossale a été débloquée par l’Etat avant d’appeler au recensement de la population ciblée en prévision du relogement des citoyens concernés. Saïd Farhi
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)