Algérie - Revue de Presse

Day after



Le sang a coulé. Le sang a séché. A chaque coagulation, à chaque sacrifice annuel, la question se repose sous la forme d?un comparatif règne animal-règne humain. Tous ces Algériens morts, égorgés, sacrifiés au nom de la recherche d?un consensus que le pays cherche toujours, tous ces Algériens sont-ils morts pour rien ? Car ce bélier aux cornes de fertilité, mort d?abord babylonien et pharaonique, puis sémite et musulman, est sacrifié depuis des millénaires. Pour autant, l?humanité, polythéiste et animiste puis monothéiste et monomaniaque a-t-elle été sauvée ? Pour les soufis et Jalaleddine Roumi, si l?animal possède cette « intuition directe avec Dieu », pour l?être humain tout le travail est à faire pour se connecter avec son Créateur. De même que la prière ne fait pas le croyant, le sacrifice ne fait pas la piété. On a souvent disserté sur la religiosité particulière de l?Algérien, islamiste athée et pratiquant non croyant, qui s?adonne au rite surtout pour éviter de se poser la question du mystère des origines et de la place de l?homme dans le cosmos, c?est-à-dire celle de l?Algérien dans le monde d?aujourd?hui. De la même façon, les 150 000 morts de l?ère néo-néolithique algérienne ont-ils été sacrifiés pour un accouchement historique ? Si le droit à la différence a été intégré, alors oui, même si l?exagération du chiffre a rendu ridicule le résultat. Mais si l?obligation de ressemblance est restée en l?état et la paix établie surtout par un équilibre des capacités de nuisance qui se sont affrontées, ces morts sont morts pour rien, tout comme le bélier ancestral est encore mort pour pas grand-chose. Dans ce cas, le sang a coulé, mais il ne séchera jamais. Finalement, dans toute cette histoire, seul le mouton a trouvé la sérénité éternelle recherchée. Parce qu?il est mort. Parce qu?un mort est quelqu?un qui a réglé tous ses problèmes.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)