Algérie

Daho Ould Kablia rassure sur la transparence des élections Les législatives auront lieu en mai

C'est confirmé. Les élections législatives auront bien lieu au mois de mai prochain. C'est le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales qui l'affirme, s'exprimant en marge d'une séance plénière consacrée aux questions orales au Conseil de la nation. Tout en rappelant que les législatives de 2007 ont eu lieu le même mois (mai), Daho Ould Kablia a indiqué que les élections devront «normalement» se tenir au courant du mois de mai prochain.
A propos de la convocation du corps électoral, le ministre a été évasif, affirmant seulement qu'elle aura lieu avant les élections. Par contre, Daho ould Kablia a tenu à rassurer au sujet du déroulement du scrutin, qu'il y aura des «urnes transparentes»dans tous les bureaux de vote et de nombreux observateurs étrangers. Le ministre s'est montré également confiant quant à la transparence de ces élections.
«L'administration est tout à fait prête. Je tiens beaucoup à cela et je ne cesserai de le dire», a-t-il déclaré à ce propos, avant de déclarer par ailleurs en réponse à une question sur le gouvernement qui se chargera d'organiser les élections, que «cela fait partie des compétences du président de la République». Le ministre de l'Intérieur explique que la gestion des élections est l'affaire de tout le gouvernement.
Mais pour ce qui est de l'aspect technique et administratif, il est du ressort de l'Intérieur ; «Il s'agit, explique-t-il, de mesures administratives qui restent du ressort exclusif du ministère de l'Intérieur, et personnellement, je ne vois pas qui pourrait interférer dans ce domaine», a-t-il déclaré.
S'agissant de l'agrément de nouveaux partis politiques, il a assuré que les dossiers qui satisfont à toutes les conditions prévues par la loi sur les partis auront leur agrément «sans aucun problème». «Notre rôle en tant qu'administration est de vérifier si les dossiers déposés à notre niveau sont en conformité avec la loi en vigueur», a encore précisé le ministre de l'Intérieur.
«Le projet de nouveau découpage administratif n'a pas été abandonné»
Sans démentir catégoriquement, comme il a l'habitude de le faire, l'information selon laquelle le projet du nouveau découpage administratif a été abandonné, le ministre reconnaît tout de même qu'il a été «différé». Pour Ould Kablia donc, le projet n'a pas été abandonné, mais «plutôt différé» jusqu'à ce que les meilleures conditions de création de nouvelles circonscriptions administratives soient réunies.
Le ministre de l'Intérieur a attribué ce report au «manque de compétences, d'encadrement et d'infrastructures», conditions nécessaires pour la création de nouvelles wilayas. «Mais cela ne veut pas dire que le projet a été annulé ou abandonné», a précisé
Ould Kablia. Par ailleurs, répondant auparavant à une question relative à la prolifération des constructions anarchiques dans les grands centres urbains, le ministre a révélé qu'un programme de 450 000 logements a été arrêté au titre du quinquennat 2010-2014 pour l'éradication de l'habitat précaire.
Le programme lancé par le gouvernement en 2004 pour l'éradication des constructions anarchiques «a permis le relogement de plus de 69 000 familles à Alger», a-t-il précisé.
Le recensement global des bidonvilles effectué en 2007 «a permis d'arrêter une liste de 55 000 familles concernées par le relogement», a ajouté Daho Ould Kablia, affirmant que le plan de relogement initié par la wilaya d'Alger a permis d'éradiquer 1151 bidonvilles et de récupérer des assiettes foncières d'une superficie de 2,5 hectares qui sera destinée à la réalisation d'infrastructures publiques.
Pour ce qui est de l'intégration des agents administratifs recrutés dans le cadre du filet social au niveau des communes et daïras, le ministre a affirmé que 9200 emplois ont été réservés aux diplômés universitaires, soulignant que l'intégration de ces agents est «tributaire de la disponibilité des postes d'emploi et de leur succès aux concours de recrutement».
Vente d'alcool et ordre public
Répondant à une question sur la vente et la consommation de boissons alcoolisées, le ministre de l'Intérieur a précisé que cette activité est régie par des lois, ajoutant que le non-respect des textes réglementaires y afférents implique des sanctions coercitives. M. Ould Kablia a,
par ailleurs, indiqué que la vente de boissons alcoolisées est soumise à la délivrance par le wali d'une autorisation, soulignant que les textes législatifs prévoient des mesures préventives concernant les demandeurs d'autorisations pour ce type d'activité, notamment le maintien de l'ordre public.
Le ministre a rappelé que 445 affaires avaient été traitées en 2010 et que 1500 délits relatifs à la répression de la consommation de boissons alcoolisées ont été enregistrés durant les trois dernières années. Mais il convient de préciser à ce propos que les responsables des débits de boisson «subissent» des pressions énormes et les horaires de fermeture sont revus à la baisse.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)