Algérie

Crime de cap Falcon- Il enterre sa victime vivante

Après un pourvoi en cassation, la peine capitale confirmée La peine capitale, prononcée une première fois contre le dénommé G.N, pour homicide volontaire, a été confirmée après un pourvoi en cassation. Le 12 avril 2004, la gendarmerie de cap Falcon a découvert la dépouille du vieil homme A.L., enterrée dans un terrain vague. Ce dernier portait des traces de coups au niveau de la tête, mais l’autopsie a révélé qu’ils ne sont pas la cause du décès et que la victime a eu une mort bien plus cruelle. En effet, les poumons du vieil homme contenaient des traces de sable. Les investigations entreprises par les enquêteurs ont abouti à l’arrestation de G.N. qui a été inculpé d’homicide volontaire avec préméditation. Jugé une première fois, le mis en cause qui avait reconnu les charges retenues contre lui, a été condamné à la peine de mort requise lors du réquisitoire. Appelé hier à la barre, le prévenu maintiendra ses premières déclarations, précisant que ce jour-là, il avait pris rendez-vous avec sa victime. Expliquant qu’ils avaient conclu un marché pour travailler ensemble dans le commerce des cigarettes, ce dernier devait lui remettre la somme de six millions pour des achats. J’avais déjà préparé la fosse où je devais l’enterrer, ajoute-t-il. Dès son arrivée, je lui ai porté un coup à la tête avec la pelle et je l’ai poussé à l’intérieur du tombeau préparé à l’avance. J’ai commencé ensuite à le recouvrir de sable, et à ce moment précis j’ai entendu ses gémissements auxquels j’ai essayé de ne pas prêter attention. Cités pour témoignage, l’épouse de la victime ainsi que son fils encore sous le choc, expliqueront ne pas savoir comment G.N. a pu perpétrer cet acte. Le vieil homme aimait beaucoup ce jeune homme, ils fréquentaient ensemble la mosquée et G.N. écoutait les conseils de A.L. Le jour du crime, dira l’épouse, le défunt m’avait parlé du projet conclu avec G.N. et ce dernier était venu le voir en fin de journée pour lui demander de lui ramener l’argent. Voyant qu’il tardait à revenir, ajoutera la vieille femme, j’ai envoyé son fils à sa recherche. Ce dernier s’est rendu sur les lieux, mais sur place il n’a pas trouvé trace de son père. Il a toutefois remarqué que le sable avait été remué à un certain endroit. Il a aussitôt alerté les gendarmes qui feront la macabre découverte. Lors de son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis la peine capitale. La défense se contentera de demander la clémence de la Cour. A l’issue des délibérations, le mis en cause a été condamné à la peine capitale.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)