Algérie

Cri de détresse du musicien Mohamed Mokhtari


Ne tirez pas sur le violoniste ! C?est un artiste désespéré, affecté, chagriné, la larme à l??il qui s?est présenté, hier matin, à notre rédaction. Il s?agit du grand musicien et soliste, la référence algérienne en matière de violon, Mohamed Mokhtari, recourant à la presse pour lancer son lacrymal cri de détresse humaine. Un SOS d?un drame humain. Celui d?un artiste tombé dans la précarité, voire l?indigence à son corps défendant face un ostracisme ordinaire ne disant guère son nom. Alors que Mohamed Mokhtari est un violoniste virtuose ayant au compteur un impressionnant « pedigree », où figurent cheikh El Hasnaoui, Slimane Azem, Fadila D?ziria, Farid El Atrache, Ahmed Wahbi, El Hadj M?hamed El Anka, Boudjemia Merzak, Khlifi Ahmed, Abdelwahab Doukali, Abderrahmane Aziz, Warda Djazaïria, Khaled, Matoub Lounès, Takfarinas ou encore Brahim Tayeb. La gorge nouée et emplie de colère, il lâchera : « Je n?ai plus rien. Je suis tombé dans la précarité depuis 2003. J?ai une retraite misérable. J?ai une famille nombreuse. Je n?arrive plus à subvenir à ses besoins. Je veux encore donner et vivre de mon art. J?ai un orchestre de onze membres. Mais on est marginalisés. On ne nous fait plus tourner. Je ne suis pas en train de faire de la mendicité. Je veux mon droit à exercer mon art, avoir du respect dignement... J?ai rencontré récemment l?ancien président algérien Ahmed Ben Bella et il m?a soutenu en me disant : ??Nul n?a le droit de vous humilier, vous déprécier ou vous laisser dans le besoin.?? L?assistance et l?appel aux artistes sont sélectifs. Vous savez, j?ai milité pour l?indépendance de l?Algérie en tant que citoyen comme les autres... » Et d?ajouter sur un ton rageur : « J?ai été honoré et distingué par Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, mais après plus rien, aucun suivi, rien du tout. Des fois, j?ai envie d?aller squatter la place de la Grande Poste d?Alger et jouer du violon pour les passants pour gagner ma vie. Si j?étais au Maroc, je suis convaincu que le roi Mohammed VI, dont j?ai connu le père et la famille, m?aurait reçu. Le président Bouteflika a dit : ??Le rossignol ne tombera pas.?? Moi, je réponds : ??On espère que Mokhtari non plus...?? » De front, Mohamed Mokhtari nous a remis une lettre ouverte adressée au président de la République et soutenue par une longue liste de chefs d?orchestre et musiciens ayant pétitionné et apporté leur solidarité indéfectible à son endroit et ce, pour attirer l?attention des pouvoirs publics et décideurs culturels quant à sa flagrante et lancinante précarité et mettre un terme à cela. Il insistera aussi sur la solidarité agissante du directeur général de l?ONDA, Hakim Taousar, son guitariste attitré, Redouane Khalil, et Noureddine Benghali.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)