Algérie

CRB : Les libérés, la direction ne s'en soucie guère

CRB : Les libérés, la direction ne s'en soucie guère
Benaldjia : «C'est la saison de la confirmation»
Si la direction du Chabab a, comme tout le monde le sait, réussi à conserver ses cadres tout en effectuant un recrutement aussi judicieux que qualitatif, il n'en demeure pas moins que les éléments appelés à quitter le club se sont retrouvés dans une piteuse situation, à l'image du défenseur Aouameur, Benayache et Guebli, qui n'ont pas été retenus, bien que leurs contrats courent encore pour une autre saison, et deux pour le lutin harrachi. Pour se renforcer, la direction devrait, parallèlement, se séparer de quelques éléments qui n'ont pas donné satisfaction durant la saison écoulée. Mais, concernant lesdits libérés, les dirigeants n'avaient aucunement l'intention de les garder pour des raisons qui dépassent le cadre sportif, car, comment peut-on se séparer d'un joueur qui n'a jamais bénéficié de la confiance de son staff ' Aouameur, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a débarqué de l'USMH où il était un titulaire indiscutable sous la coupe de Charef. Son arrivée aurait dû permettre au Chabab d'avoir un concurrent direct pour Mammeri, qui fut, malheureusement, blessé pour plus d'un mois, mais, malgré cela, Solinas avait préféré aligner Naïli sur le côté droit que faire confiance à Aouameur. Menad, qui succéda à l'Italien, n'a pas fait mieux, puisqu'il relégua le joueur au banc des remplaçants et titularisa tantôt Naïli et parfois Benaldjia, deux milieux de formation. Cette tendance, nouvellement ancrée dans les m'urs belouizdadis, a déjà fait des victimes dans un passé récent. Lehouamed, qui était promis à un bel avenir, a été libéré la saison passée à la veille de la clôture du marché estival, ne lui laissant que quelques heures pour se trouver un club preneur. Le joueur fut engagé in extremis, mais il ne s'en est jamais remis et est, malheureusement, perdu dans les petites divisions.
Aouameur, Benayache et Guebli dans le flou
Les dirigeants du CRB ont reproduit le même schéma en mettant sur la liste Herida, Guebli, Dahmane, Aouameur, Benayache et Oudira. Ce dernier nous a confié dernièrement : «Je suis déçu, certes, car j'avais convenu autre chose avec les dirigeants à mon arrivée, mais, malheureusement, cela n'a pas été pris en considération. Aussi, je déplore le comportement de ces responsables qui auraient dû m'informer de cette décision à la fin du championnat. Cela va me permettre d'avoir plus de temps pour me trouver un club, mais bon, il est inutile de revenir en arrière, et je le prendrai avec philosophie en remettant tout cela au mektoub».
Guebli : «Je ne me fais pas de bile»
Le défenseur central, Ishak Guebli, est évidemment déçu, car il estime qu'il n'avait pas bénéficié de la confiance du coach pour pouvoir se mettre en évidence et s'imposer dans l'effectif belouizdadi. Le joueur faisait partie du banc et n'avait aucune chance de briguer une titularisation. Il était condamné avant même de fouler la pelouse. Comme ses compagnons d'infortune, Guebli affiche, toutefois, une sérénité inébranlable et n'est pas inquiet pour son avenir. Des contacts, il en a, et il est en train d'étudier l'offre qui lui permettra de relancer sa carrière. Il nous dira : «Qui ne serait pas déçu dans pareille situation ' Mais, malheureusement, c'est la dure réalité du terrain. Il ne faut pas pleurer sur son sort, il faut, en revanche, retrousser les manches et aller provoquer le destin. Cette situation ne m'inquiète pas pour autant, j'ai quelques offres intéressantes, et je suis en train de les étudier pour choisir ma future destination. Je dois, au préalable, rencontrer les responsables du CRB pour négocier ma lettre de libération. Dès que je l'aurai en ma possession, je pourrai alors me tourner définitivement sur mon avenir sans le Chabab».
Aouameur : «Des touches, mais rien d'officiel»
«Effectivement, j'ai des contacts avec des dirigeants de plusieurs formations des Ligues 1 et 2, mais, pour l'instant, rien d'officiel, dois-je le préciser. Il n'est pas logique d'entamer des négociations avec des clubs alors que je n'ai pas encore récupéré ma lettre de libération. J'attends un appel des responsables belouizdadis pour qu'on me remettre mes papiers. À partir de là, j'engagerai sérieusement les pourparlers et finaliserai avec le club qui saura me convaincre.»
Benayache : «C'est le statu quo»
«Je ne comprends pas pourquoi on m'a libéré, alors que je n'ai pas pu montrer mes qualités ' J'ai misé sur cette reprise pour retrouver mon niveau et exploser, mais la décision de me libérer a tout remis en cause, car je ne m'y attendais guère. Pourtant, j'avais été rassuré par les dirigeants quant à ma reconduction, compte tenu de mes prédispositions et ma marge de progression. Concernant les contacts, pour le moment, c'est le statu quo, il y a quelques touches que l'on ne peut considérer officielles, à l'exception du WAT et de l'USMH, je dois encore patienter quelques jours pour y voir plus clair.»
-
Benaldjia : «C'est la saison de la confirmation»
Il a été l'un des meilleurs éléments du Chabab la saison écoulée, en terminant la compétition sur une excellente note. Suscitant, d'ailleurs, la convoitise de plusieurs formations de l'élite, mais prônant la stabilité, Billel Benaldjia a préféré poursuivre son aventure avec le Chabab pour confirmer son nouveau statut.
Parlez-nous d'abord de la préparation...
Comme il est de coutume en pareille période, c'est durant la préparation estivale que les joueurs travaillent et suent beaucoup, car, désormais, c'est le signe avant-coureur d'une longue et harassante saison qui nous attend.
Comment définissez-vous le travail de votre nouvel entraîneur '
Dur au début, comme on s'y attendait, car Arena nous a prévenus que nous allions être confrontés à des difficultés, mais après, on s'est habitués au rythme et à la charge imposés. Je pense qu'il y a une évolution palpable sur tous les plans et on va encore progresser, cela prouve qu'on est en train d'effectuer un bon boulot avec Arena Cette saison est-elle spéciale pour vous après l'arrivée de votre jeune frère '
Non, je ne pense qu'elle soit spéciale, pour la simple raison, que tous les joueurs du Chabab sont mes frères, on forme véritablement une famille. Avec Mehdi, nous tâcherons, en revanche, d'honorer les couleurs du Chabab et en même temps notre nom.
Qu'avez-vous à dire sur la concurrence '
La concurrence loyale n'a jamais fait de mal, tout joueur ambitieux accepte volontiers cet équilibre dans l'équipe, et moi je ne déroge pas à cette règle. La saison passée, on se souvient, j'étais en concurrence directe avec des éléments de valeur, mais, grâce à ma persévérance et mes qualités, je me suis imposé en gagnant l'estime et la confiance des Belouizdadis.
Un dernier mot pour conclure...
Je suis au Chabab depuis deux saisons durant lesquelles je n'ai jamais cessé de travailler et attendre patiemment ma chance. Celle-ci m'a été offerte suite à des circonstances inattendues, et j'ai prouvé ma valeur. La saison qui arrive sera celle de la confirmation, car je suis déterminé à ne rien lâcher, il faudra me battre à la régulière pour me déloger.
-
Naïli, le meilleur aux tests physiques
L'entraîneur en chef, Arena, a réservé la séance d'hier, sur la pelouse du stade de Boumerdès, exclusivement aux tests physiques. Tous les joueurs y ont pris part et les résultats de cet exercice étaient satisfaisants, surtout de la part du milieu récupérateur, Naïli, qui a été époustouflant en étant le meilleur.
-
Slimani, Meghout et Mammeri absents
A la séance d'entraînement d'hier, on a noté l'absence de Slimani, qui souffre toujours de la grippe. Le centre-avant ne s'est pas remis, d'où sa défection. Meghout, quant à lui, s'est blessé lors de la dernière séance et ne pouvait donc reprendre rapidement. On ignore, cependant, les causes de l'absence du capitaine d'équipe, Karim Mammeri.
-
Le groupe déjeune ensemble
Après l'entraînement, joueurs, staffs technique et médical ont été conviés à déjeuner. C'est le président Azzedine Gana qui les a invités, et qui a profité de la présence de tout le monde pour discuter de tout ce qui entoure la vie du club. Il a, notamment, évoqué le sujet qui préoccupe tous les joueurs, à savoir la situation financière.
-
Gana rassure ses joueurs et promet de les payer sous peu
Face à la revendication sans cesse grandissante quant à leur situation financière, les joueurs ont fait part de leur inquiétude à la direction. Celle-ci n'a pas tardé à réagir en improvisant un déjeuner pour s'expliquer. Le président du conseil d'administration, Azzedine Gana, a, après avoir fait le tour de la question, rassuré tout le monde en promettant une régularisation salariale avant le mois de jeûne. «Mais si vous devez me prolonger le délai, je ne dépasserai pas la première semaine du Ramadhan ; je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour honorer mes engagements», leur avait-il dit. Guglielmo Arena n'est pas resté en retrait. En sa qualité d'entraîneur en chef, il a parlé également à ses protégés en les exhortant à se montrer patients, car il y va de la stabilité et de la sérénité du groupe.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)