Algérie

Coup de gueule ,coup de c'ur : les clandestins Auto : les autres articles

Coup de gueule ,coup de c'ur : les clandestins Auto : les autres articles
«Qui se fait en cachette et qui a généralement un caractère illicite».Voilà la définition du Robert sur le clandestin. Or, si cette activité a un caractère illicite, elle ne semble pas se faire en cachette.
Mais d'abord, essayons de remonter loin dans le temps en ce qui concerne les «clandestins». C'était à l'époque où les transports publics très disponibles étaient concurrencés par ces clandestins en raison de leur disponibilité et de leur prix.
A l'époque existait un service dénommé «coordination rail-route», ce service, pour assurer la protection des services publics de transport, réprimait les transporteurs clandestins, pourquoi '
Eh bien, tout simplement parce que si un train doit impérativement prendre le départ à horaire défini et même à vide, les clandestins lui faisaient la concurrence, pouvant démarrer sur le champ sans attendre, et à un prix concurrentiel et c'est pour cela que ce service de coordination veillait au grain.
Qu'en est-il aujourd'hui ' Avez-vous vu un train ou un bus partir à vide '
Aussi, avec l'insuffisance des moyens de transport public et la nature ayant horreur du vide, ces clandestins sont venus remplir ce vide. La faute à qui 'D'ailleurs, on se pose la question : pourquoi le citoyen, bien que sachant que ce transporteur est un clandestin, l'utilise quand même ' Et en connaissance de cause ! Tout simplement parce que les transporteurs patentés imposent leurs règles !
Exemple, pouvez-vous trouver un chauffeur de taxi qui accepterait de vous emmener au village céleste sur les hauteurs de Bab El Oued ' Ou bien à Beau Fraisier ou à Zghara, etc. Que vous répondra le «taxieur» : c est la côte ! Ou ce n'est pas ma direction, ou il y a trop de trous, de nids-de-poule sur la chaussée ! Eh oui, le «taxieur» impose la direction et l'itinéraire et se plaint des clandestins.
A Bab El Oued, hôpital Maillot, une station de taxis devrait exister vu le besoin des visiteurs et des malades à longueur d'année. Eh bien, il n'en est rien et c'est pour cela que les clandestins prennent la place des taxis réguliers. Ces derniers ne se donnant pas la peine de transporter des personnes âgées ou malades (choix du client) leur laissent le champ libre et s'en plaignent.
Si vous faites le marché à Bab El Oued (les Trois horloges) et que vous habitez les hauteurs d'El Biar, Beau Fraisier ou même Bouzaréah et si vous devez prendre le bus, il vous faudra grimper à vous couper le souffle jusqu'à Triolet, où se trouve la station de bus.
En fait, qui fait le marché ' Ce ne sont sûrement pas les jeunes. Eh bien, ces gens âgés pour la plupart acceptent de payer 100 DA ou parfois 200 DA à leur corps défendant.
Et puis, où en est-on avec les transporteurs privés ' Sont-ils véritablement prestataires de service public comme il se doit ' Nous les voyons faire la course et se doubler en plein virage pour dépasser le concurrent et lui «prendre» un client, au risque de commettre un accident et de plus, sont-ils astreints à une carte horaire ' Ils sont livrés à eux-mêmes et en même temps leurs clients leur sont livrés. Y a-t-il eu un contrôle de la part du secteur concerné ' On cherche à se décharger sur les services de sécurité qui ont autre chose à faire et qu'ils ne devraient intervenir qu'en cas d'infraction au code de la route. Quant à la réglementation des transports, le respect de l'itinéraire ou les horaires de rotation, le secteur concerné a un personnel pour ce faire.
Comment peut-on s'attendre à une prestation de qualité de la part du transporteur privé qui ne cherche qu'à gagner de l'argent, lorsque le transport étatique avait abandonné la place et ce n'est que récemment que l'Etusa tente de reprendre la place qu'elle n'aurait jamais dû quitter. A notre sens, le transport public urbain n'aurait jamais dû être livré au privé, car là aussi on lui a livré la clientèle pieds et poings liés.Le sujet est tellement préoccupant que nous promettons à nos amis lecteurs d'y revenir autant de fois qu'il le faut, avec l'espoir que les décideurs réagiront positivement.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)