Algérie - Divers Travaux Publics

Constantine - Un énième éboulement sur la route de la Corniche

Constantine - Un énième éboulement sur la route de la Corniche


La route de la Corniche, entre Constantine et Hamma Bouziane, de plus en plus fréquentée, – depuis que les poids lourds sont interdits d’emprunter la descente d’El Ménia -, est devenue particulièrement périlleuse en raison des grosses pierres qui déboulent des énormes falaises qui la surplombent.

Celles-ci percutent violemment la route, emportant par endroits une partie du parapet avant de finir dans le précipice, comme cela s’est produit, rapportent des témoins, samedi passé.

Un phénomène récurrent ces dernières années et que nous avons d’ailleurs signalé dans une de nos précédentes éditions, mais qui n’a toujours pas été pris en charge, sérieusement du moins, par les services concernés.

Devant cette menace permanente sur la sécurité des piétons et des automobilistes, la direction des travaux publics avait pourtant annoncé en 2016, après un éboulement qui avait, pour rappel, entraîné la fermeture de la route de la corniche pendant deux heures, avoir passé plusieurs dispositifs en revue.

L’édification d’un mur de soutènement, la mise en place d’un filet, ou carrément la libération, après repérage, des blocs qui risquent de se détacher de leur base branlante au moyen de faibles charges explosives étaient parmi les solutions envisagées. Mais force est de constater que rien n’a été fait depuis.

Pour ce qui concerne les causes de ces éboulements, la direction des travaux publics indique qu’ils sont dus à un phénomène de gélifraction. Les eaux de pluie infiltrées dans le substrat rocheux gèlent par basses températures et font éclater la roche, laquelle finit par se détacher au bout de quelques années et rouler vers le ravin. Dans leur course, il arrive que ces pierres de tous calibres s’écrasent sur la route de la corniche.

L’éboulement qui s’est produit en début de semaine a d’abord été précédé par une petite pluie de pierres, témoignent des automobilistes circulant sur cet axe. Et c’est un miracle, assurent-ils, si l’on ne déplore pas de victimes.


Photo archive pour illustration du présent article ajoutée par ALGERIEnvironnement

F. Raoui
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)