Algérie

Constantine

Constantine
Inscrit depuis des lustres, le projet de la nouvelle école tarde à voir le jour.Les écoliers de la cité Khaznadar seront encore privés la prochaine année scolaire d'un CEM. Contraints, depuis des années, ils parcourent au quotidien 3 km pour parvenir à leur école. Celle-ci se trouve de l'autre côté de la route donnant sur la cité Belhadj à Zouaghi. A défaut d'une passerelle ou d'un passage sécurisé, journellement, ils empruntent un itinéraire très risqué. Il a fallu attendre le coup de colère manifesté, l'année dernière par les habitants, suite à l'accident dramatique ont a été victime un écolier, heurté brutalement par une rame du tramway, pour enfin décider de leur construire un CEM.Inscrit depuis des lustres, le projet de la nouvelle école tarde à voir le jour. C'est ce que nous avons constaté récemment lors de notre passage à ces lieux. «Projet : école fondamentale base 05 Khaznadar», lit-on sur la plaque portant avis de construction ; la construction du nouveau CEM dont le maître de l'ouvrage est la Dlep, a été attribué à l'entreprise de réalisation ESCO. D'après quelques ouvriers présents sur place, «le projet est bloqué parce que la parcelle de terre sur laquelle cette école sera érigée, fait l'objet de litige». Il convient de préciser que l'assiette en question se trouve en contre bas du primaire Omar Hammani.Ainsi, la date réelle du démarrage des travaux et celle de la réception demeurent un vrai mystère. En tout cas, les collégiens de Khaznadar doivent patienter encore, puisque leur collège ne sera pas prêt à les recevoir en l'année scolaire 2014/2015. Fort heureusement, depuis l'accident du jeune écolier qui s'est produit sur les rails du tramway, la Setram a décidé de transporter gratuitement les enfants scolarisés. Ceci dit, la cité Khaznadar, existant depuis 1985, ne manque pas uniquement d'un CEM ! Les carences en termes d'aménagement urbain sont légion. Le visiteur ne peut être que confus : s'agit-il d'une cité ou d'un bidonville en version amélioré ' Une chaussé dévastée, des réseaux d'AEP et d'assainissement défaillants et une saleté indescriptible. Les habitants lésés, ont finis par perdre tout espoir de vivre des jours meilleurs dans leur lieu de résidence. «Notre cité est, peut-être, frappée par je ne sais quelle malchance.Les promoteurs chargés de l'amélioration du cadre urbain se succèdent sans pour autant apporter un plus à notre vie. C'est simple, le projet démarre aujourd'hui, pour s'arrêter le jour suivant, nous nous sommes habitués à çà. Il faut dire aussi que le comité de quartier ne fait pas grand-chose pour trouver une solution.» a déclaré Mehdi, un jeune riverain. Les habitants estiment que la cité Khaznadar mérite, elle aussi, une visite similaire à celles ayant mené Hocine Ouadah, wali de Constantine, à plusieurs cité de la ville jugées «oubliées», comme la cité Benchergui et celle d'El Gammas.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)