Algérie

Conseil des ministres, aujourd’hui

Le diagnostic Ouyahia au menu Sous réserve de sa tenue, le Conseil des ministres, annoncé pour aujourd’hui, promet d’être décisif, à plus d’un titre. D’abord c’est «le premier» de Ahmed Ouyahia, depuis son retour en grâce. Mais là, ce n’est qu’un aspect anecdotique par rapport au menu de ce Conseil des ministres qui se veut, selon des sources, l’occasion d’opérer «les réglages nécessaires» dans l’action de l’exécutif. En effet, nos sources indiquent que Ouyahia, tout en gérant les affaires de l’Etat, depuis son retour, a chargé une sorte de «think thank» pour lui dresser un check-up de la situation socioéconomique du pays. Un rapport lui a été fait, avec copie, et a même été remis au président de la République. Il servira de document de base au rendez-vous de ce jour à El-Mouradia. Si ce rapport reste confidentiel, et pour cause, des fuites, organisées certainement, donnent une idée de son contenu. Ce document, nous dit-on, s’articule sur deux volets: l’économique et le social. Sur le plan économique, le retard dans la mise en œuvre des grands projets s’est affirmé, en particulier, dans le domaine de l’industrie et de la petite et moyenne entreprise. Dans ce document, le blocage constaté à propos des investissements des pays arabes est souligné et en filigrane. La responsabilité du département de Abdelhamid Temmar, le Monsieur économie, est posée. De même, le volet finances sera mis sur la table notamment avec le retard de la réforme des banques, alors que celle-ci est censée être la locomotive des autres formes du secteur. L’autre projet phare celui de l’autoroute Est-Ouest a, aussi, fait l’objet d’un diagnostic qui souligne, à la fois, les avancées dans certaines régions et les retards dans d’autres à cause, notamment, du problème de l’expropriation. De même qu’une appréciation est portée sur la qualité du travail réalisé par certains partenaires étrangers. Le secteur du tourisme est également passé au peigne fin dans ce document. En effet, il est constaté l’absence «de grandes avancées», comparée aux effets d’annonce du premier responsable de ce secteur. La question des assiettes de terrain y est pointée au sens où des terrains agricoles sont affectés à l’extension de certaines ZET au détriment de la loi qui consacre l’intangibilité des terres à vocation agricole. Enfin, le volet social a eu sa part dans ce document de base dans la mesure où il est évoqué les émeutes vécues par certaines régions. Des émeutes qui ont été décryptées, par les auteurs du rapport, comme étant l’émanation de malaise social auquel il importe d’apporter des remèdes, notamment sur la question de l’emploi des jeunes, avec nécessité de réactiver les dispositifs de financement de projets de jeunes. Le document insiste, aussi, sur «le dialogue social» et la nécessité d’une rencontre avec «les partenaires syndicaux». Surtout que la rentrée de cette année coïncide avec le mois de Ramadan, tant redouté par les exécutifs. Sur la base de ce rapport, qui préconise des solutions d’urgence, des changements, dans certains départements ministériels, sont suggérés. La question est de savoir si Ouyahia va obtenir gain de cause auprès de Bouteflika, en acceptant de renvoyer chez eux les ministres qui ne sont plus dans le rythme exigé par la nouvelle dynamique gouvernementale.   H. Senouci
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)