Algérie - A la une

Commission Seddiki / Rapport : "Cinquante-deux dépassements" recensés par la CNSEL lors des élections du 29 novembre dernier


La commission nationale de surveillance des élections locales (CNSEL) a recensé "52 dépassements" lors des élections locales du 29 novembre dernier commis par "les mêmes partis politiques" qui ont répété "les pratiques déjà enregistrées lors des législatives 2012". Lors d'une conférence de presse consacrée au dernier rapport sur le scrutin du 29 novembre dernier, le président de la commission, M. Mohamed Seddiki, a affirmé que lors de cette échéance électorale, il a été recensé 52 dépassements de tous genres, qualifiant l'opération d'"entachée de fraude et dénuée de toute crédibilité". Entre autres dépassements, le rapport fait état d'"inscriptions répétées sur les listes électorales des communes et des wilayas et l'existence de plus d'une procuration pour la même personne et de plusieurs cartes de vote pour un seul votant comme c'était le cas à Ménéa (wilaya de Ghardaïa). "La commission, a-t-il encore dit, a relevé le vote d'éléments de l'Armée en dehors de leur commune de résidence" outre "le dénombrement de voix dépassant le nombre d'inscrits sur les listes électorales dans certains bureaux de vote". A cela s'ajoute "le manque de l'encre indélébile, le renvoi d'observateurs de certains bureaux et l'interdiction aux citoyens d'assister à l'opération de dépouillement", a-t-il poursuivi. Au regard du "nombre important" de dépassements, la commission a conclu que ce scrutin était "irrégulier" car "l'argent sale a influé sur ses résultats outre le parti pris de l'Administration en fveur de certains partis". D'autre part, M. Seddiki a indiqué que le rapport a été rédigé après "consensus" entre les différentes formations politiques représentées dans la commission. Ce dernier a été approuvé et signé par 40 partis au moment où 3 ont émis des réserves et un autre a refusé d'apposer sa signature. Il a souligné en outre, l'absence de 7 partis sur les 52 représentés au sein de commission lors de la signature, dont le Front des forces socialistes (FFS), le Rassemblement national démocratique (RND) et le Mouvement populaire algérien (MPA). Le président de la CNSEL a précisé également que ce rapport "ne contient que des faits réels recueillis auprès de la base au plan local". "Nous avions fait montre lors de l'élaboration du rapport des législatives, de retenue, ce qui a porté certains à croire que nous avions approuvé le travail de l'Administration mais la majorité des partis au niveau de la commission ont exigé cette fois-ci de mentionner le terme +fraude+ dans le rapport". M. Seddiki qui a refusé de dévoiler les responsables de cette "fraude", a déclaré: "En ma qualité de président de la CNSEL, je ne fais de reproche à personne (...) mais nos institutions sont appelées à corriger les erreurs et rétablir le cours normal des choses". En vue de remédier à la situation, la commission a recommandé, dans son rapport, "la formation d'une seule instance indépendante commune pour la supervision, la surveillance et l'organisation de l'opération électorale et la révision du taux de 7% relatif à l'exclusion, et l'annulation du taux de 30% pour la représentation de la femme sur les listes électorales". Elle a suggéré, par ailleurs, d'"alléger les dossiers de candidature et l'ouverture d'une enquête sur la vente et manipulation de listes électorales, l'usage de l'argent sale, le financement par l'Etat des campagnes électorales, la réorganisation du corps électoral selon l'ordre alphabétique ainsi que l'adoption de la feuille unique pour toutes les listes".
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)