Algérie

Commentaire


Paris, une aide contre les chiites libanais, contre l’Iran La conférence de Paris a fait le tour de force de faire oublier que c’est Israël qui a détruit le Liban, ou plutôt ce qui est à reconstruire dans ce pays. L’impression générale que cette conférence voudrait véhiculer est que ce sont les Libanais qui ont détruit leur propre pays. De la même façon, à chaque fois qu’est évoquée la reconstruction de l’Irak, un pays qui est retourné à l’ère pré-industrielle, tout est fait pour faire oublier que ce sont les forces américano-anglaises, notamment les Américains, qui ont détruit l’Irak. Les conférences sur la reconstruction, une reconstruction certes nécessaire, ont ceci de particulier qu’elles maquillent les raisons ou les causes à l’origine des destructions. Ceux qui ont eu l’idée de l’organisation de cette conférence sont ceux-là mêmes qui n’avaient pas voulu appeler à un cessez-le-feu quand il était prouvé que les forces armées israéliennes avaient reçu le mandat de détruire le Liban. Les dirigeants politiques américains affirmaient eux-mêmes que les buts poursuivis n’avaient pas encore été atteints par Israël. Ceci ne revient-il pas à faire accréditer la thèse qu’il y avait eu consultation sur les objectifs des bombardements? L’aide à apporter à la reconstruction, sans se soucier d’abord au moins de tenir une conférence parallèle sur la paix, serait ainsi destiné à conforter le gouvernement libanais dans le bras de fer qui l’oppose à ses opposants engagés à le faire chuter pour former un gouvernement d’union nationale ou tenir des élections législatives anticipées. Les organisateurs de cette conférence, bien qu’animés également du désir noble de contribuer à la reconstruction du Liban, apparaissent quand même comme ayant pris position en faveur de Fouad Signora contre, notamment, le Hezbollah ou plutôt les chiites de ce parti et du parti Amal de Nabih Berri qui s’étaient solidarisés en tant que communauté différente des autres pour sortir ensemble du gouvernement et créer une crise politique par la délégitimation de ce dernier, car n’est considéré comme légal qu’un gouvernement qui comprend en son sein des représentants de toutes les communautés. Le nucléaire iranien n’est pas étranger à la volonté d’appuyer le gouvernement de Fouad Signora qui est opposé aux chiites libanais, perçus comme relais des Iraniens.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)