Algérie

Commentaire


Retour sur la visite de députés français en Algérie Certes, c’est la première fois qu’un président de l’Assemblée nationale française se rend en Algérie. La particularité est que c’est celui qui avait présidé le vote sur la fameuse loi se rapportant au colonialisme. Réconciliation entre parlementaires seulement? Il est normal que les deux présidents des deux assemblées se rencontrent, même s’il n’en ressort rien. Que pourrait bien en ressortir? Les présidents algérien et français se sont rencontrés, les chefs de gouvernement également, les différents ministres aussi. Il ne s’agit donc ni d’un grand événement, ni d’un scoop, ni d’une réunion qui va modifier le cours des relations algéro-françaises, ni même influer sur l’avenir, ni même faire revenir le parlement français sur la loi qu’il avait votée et à laquelle le parlement algérien voulait répondre par une loi. Il y a eu même le parlement turc qui avait menacé le parlement français de voter une loi sur le «génocide» commis en Algérie par les Français. Il ne s’agissait, bien sûr, pas pour les parlementaires turcs d’exprimer leur solidarité avec les Algériens, mais cela n’a été qu’une réaction turque, non durable, au vote par le parlement français sur le «génocide» arménien. Ce n’est cependant pas la première fois que des députés français sont venus en Algérie. On se rappelle même d’un événement qui avait paru incompréhensible lors de la série «questions-réponses». A la barre, un ministre émargeant au MSP. Des députés posaient des questions. Première innovation. Aucun des députés n’avait commencé par la traditionnelle formule «Au nom de Dieu le Clément et le Miséricordieux». Bien entendu, face à l’écran de télévision, nous autres téléspectateurs ne comprenions rien à cette omission. Il devait se passer sûrement quelque chose. Le ministre du MSP, sûrement, allait rattraper cette omission. Surtout que la séance était télévisée en direct. Stupeur. Le ministre avait lui aussi omis cette formule en commençant à répondre directement. Pas lui quand même, pas un ministre du MSP. La réponse à nos interrogations, nous l’eûmes à la fin de la séance, après que les députés français ont été remerciés pour avoir assisté à cette séance en tant qu’observateurs. Deux discours donc de la part de nos députés, ce qui démontre qu’il ne s’agit nullement de convictions mais de calculs politiciens... Sinon, quelle autre raison?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)