Algérie

Collectivités : Les comités de villages doivent être impliqués dans le développement local

L'implication des comités de villages dans la prise de décision contribuerait au développement des régions rurales et montagneuses des wilayas de la région centre-est du pays, ont affirmé lundi à Tizi-Ouzou des représentants de la société civile de ces wilayas.
Intervenant lors d'une rencontre de concertation sur le développement local, des membres du mouvement associatif des wilayas de Tizi-Ouzou, de Bouira et de Boumerdès ont souligné l'urgence de redynamiser le rôle de ces comités qui, en tant qu'autorité morale, contribuaient efficacement dans le règlement des conflits sociaux et dans l'organisation de la vie dans les villages de la région.
Un responsable d'une association de la wilaya de Bouira a estimé que la concertation des comités de villages, enracinés dans l'histoire et la culture du peuple algérien, permettrait une meilleure mise en 'uvre des programmes de développement local et une amélioration des conditions de vie des populations locales. Une meilleure application des programmes d'investissements publics exige également, selon un autre intervenant de la même wilaya, la création de comités locaux qui se chargeront de contrôler la gestion des importantes enveloppes financières consacrées par l'Etat au développement local. De son côté, un membre d'une association de la wilaya de Tizi-Ouzou a affirmé qu'une mise en valeur des comités de villages signifiait une reconnaissance des notables et des sages de la société algérienne , qui ont été, a-t-il dit, longtemps éloignés de la prise de décision au niveau local .
Les participants à cette rencontre, animée par une délégation du Conseil national économique et social (CNES), ont souligné, par ailleurs, la nécessité de prendre en charge les préoccupations des jeunes en matière de logements et d'emplois. Dans ce contexte, un représentant d'une association de Boumerdès a estimé que la création d'emplois, notamment au profit des jeunes, passait par un encouragement des investissements publics et privés dans des secteurs tels que l'agriculture et le tourisme dans les zones côtières et montagneuses. L'encouragement du logement rural par une augmentation des aides financières octroyées actuellement par l'Etat (700.000 DA) contribuerait, a-t-il dit, à la sédentarisation des populations et à la réduction du phénomène de l'exode rural.
Un représentant de la société civile de Tizi-Ouzou a plaidé, pour sa part, pour une mise en place d'aides financières destinées aux universitaires chômeurs et aux femmes au foyer des zones rurales pour améliorer leur niveau de vie. Sur le plan culturel, des représentants du mouvement associatif de ces trois wilayas ont recommandé la promotion de la langue et de la culture Amazigh ainsi qu'une préservation du riche patrimoine culturel de cette région du pays. Par ailleurs, des représentants des associations de handicapés de Tizi-Ouzou et de Boumerdès ont demandé une amélioration de la prise en charge de cette catégorie sociale, qui a besoin au même titre que les autres citoyens de postes de travail et de logements. Nous continuons de percevoir des pensions insignifiantes (4000 DA) qui ne nous permettent même pas de payer nos déplacements , a déploré un handicapé habitant dans la région de Tizi-Ouzou. Le président du CNES, M. Mohamed Seghir Babès a rappelé, à l'ouverture de la rencontre, que les concertations nationales sur le développement local étaient une décision prise par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, lors du Conseil des ministres du 2 mai dernier . Nous sommes ici pour vous écouter.
C'est vous (les représentants de la société civile) qui êtes le maillon qui manquait pour atteindre le seuil du développement local souhaité à travers les investissements publics , a-t-il souligné devant les centaines de citoyens qui ont participé à cette rencontre. C'est un vrai exercice de démocratie participative que nous allons engager aujourd'hui avec vous. Surtout que vous représentez des wilayas qui possèdent des traditions ancestrales dans la concertation à travers les comités de villages (Tadjmaath ) que les autres régions du pays ont perdu , a-t-il ajouté.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)