Algérie

Clôture du cycle de formation des maires

«Après la théorie, place à l’épreuve du terrain» Après cinq semaines de cours intensifs, le cycle de formation engagé par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, au profit de 100 présidents d’APC venant de 13 wilayas de l’Ouest et du Sud-est, a été clôturé mercredi dernier, en présence du wali d’Oran. Les modules de la dernière semaine étaient consacrés à la formation professionnelle et au rôle des présidents d’APC dans la gestion des catastrophes naturelles, notamment dans le cadre de la mise en œuvre du plan ORSEC. Ces formations ont été assurées par des professeurs des universités de formation continue ainsi que de directeurs centraux de certaines administrations générales et de hauts cadres de départements ministériels. Selon les maires ayant suivi cette formation, cette session a été bénéfique sur plus d’un plan. D’abord, elle leur a permis de se connaître et d’échanger leur expérience en matière de gestion des problèmes, sachant que les communes pauvres ne rencontrent pas les mêmes problèmes exprimés dans les communes riches et les celles urbaines et citadines ne connaissent pas, à leur tour, les soucis des communes rurales. Il faut dire que c’est pour la première fois que les maires de grandes communes, à forte agglomération urbaine, reçoivent un apprentissage en matière de législation régissant le programme de développement rural. Une opportunité capitale pour les maires des communes rurales fortement représentées dans cette session de formation. Pour ce qui est de la wilaya d’Oran, ses 26 maires ont été répartis en deux groupes. Le premier de 9 P/APC des communes chefs-lieux de daïra a fait la formation à Alger. Le deuxième groupe, comprenant les 17 P/APC restants, a ont suivi le cycle de formation à l’échelle locale. L’un des maires ayant été formé à Alger, Kacha Saïd, soutient que cette formation leur a été extrêmement bénéfique de par l’importance des thèmes des modules programmés. «Nous avons commencé par la communication et je pense que l’ensemble des maires exprimaient un besoin majeur en matière de communication avec les citoyens et l’environnement professionnel. Nous avons reçu, également, des connaissances extrêmement importantes et pointues dans le domaine de la gestion des ressources humaines, ainsi que dans celui de la gestion et le montage des projets». Ceci dit, M. Kacha ne manquera pas de faire-part de son souhait de voir les maires se rencontrer, une fois tous les trois mois, pour faire l’évaluation de l’impact des connaissances théoriques acquises sur le terrain de la pratique. De son côté, Abderrahman Belabbès, maire de Bir El-Djir, l’un des participants à la formation d’Oran, estime que cette session a permis aux maires de mieux connaître leurs prérogatives, leurs droits et leurs responsabilités afin d’éviter de tomber dans l’erreur et l’illégalité. «Nous avons été éclairés sur beaucoup d’astuces réglementaires qui nous permettront d’agir et d’intervenir dans certains domaines qui nous échappaient. Par exemple, chaque maire est le président de la commission de formation professionnelle au niveau de son territoire. Peu de maires connaissaient cette attribution et très rares en usaient.» Amel S.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)