Algérie

Cinémathèque d’Oran


Présentation de «Visa de la mort» de Dellal Samir Le réalisateur Dellal Samir a fait, mardi après-midi à la cinémathèque d’Oran, son baptême du public à l’occasion de la projection de son premier film «Visa de la mort», produit par sa propre maison de production Dell Pictures. Un public nombreux est venu saluer cette première tentative dans le long métrage de fiction, d’un jeune cinéaste, qui s’est avérée probante, en dépit de certaines imperfections notamment dans les dialogues, et révélé des aptitudes artistiques avérées. Le film «Visa de la mort», d’une durée de 1h 20mn, n’a pas été présenté dans son intégralité compte tenu du budget temps (fixé à une heure de projection) qui lui a été réservé, selon les propos du réalisateur, par les gestionnaires de la cinémathèque. Des scènes du film auront été délibérément supprimées, notamment un entretien poignant avec des familles de harraga disparus. Le scénario de «Visa de la mort» a été écrit par le réalisateur à partir d’une histoire vécue et relatée par un authentique harrag. Le film retrace les déboires d’un jeune Algérien qui se voit condamné à l’exil après avoir perdu son emploi et sa promise. Il tentera l’expédition suicidaire par mer à l’aide d’une petite embarcation avec un groupe de compagnons, victimes eux aussi de la mal-vie. Un incident imprévu se déroulera au cours du voyage. Une rixe éclate et l’infortuné harrag sera poussé par-dessus bord. Le film débute dans une salle du service de réanimation d’un hôpital où le rescapé, à peine sorti de son coma, fera, à son voisin de chambrée, le récit récapitulatif de sa malheureuse aventure d’émigré clandestin. Si l’on en juge d’après les applaudissements spontanés à la fin de la projection, le film, réalisé avec de très faibles moyens, aura donc séduit les cinéphiles oranais compte tenu de l’actualité du thème de son propos. Le public sera convié après la séance à un débat avec le réalisateur à la Maison de jeunes, Maoued Ahmed. «Visa de la mort» sera vraisemblablement appelé à participer prochainement au Festival du cinéma réel à Beaubourg en mars 2007. Rappelons que le réalisateur, Dellal Samir, a fondé en 2005 sa propre boîte de production cinématographique, Dell Pictures, à Es-Sénia, qui compte à son actif la réalisation de plusieurs clips pour des artistes algériens célèbres et une comédie légère actuellement sur le marché en DVD. Parmi ses projets immédiats, Dellal Samir compte se lancer bientôt dans la réalisation d’un film sur le service national.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)